Ibrahima Traoré, le capitaine du Syli pendant la dernière Can

L’équipe nationale de football de la République de Guinée, ‘’Le Syli National de Guinée’’ est toujours sans entraineur depuis le départ de Michel Dussuyer après la phase finale de la Coupe d’Afrique des Nations (CAN) football, Guinée-Equatoriale 2015.

Cela fait deux mois que la Fédération Guinéenne de Football (FGF) est en train de faire croire aux Guinéens d’être à mesure de trouver un remplaçant à Michel Dussuyer, alors que rien ne pointe encore l’horizon, malgré l’arrivée à Conakry de l’entraineur français de haut niveau, Louis Fernandez, pour une ‘’promenade de santé’’.

L’arrivée de cet entraineur à Conakry avait suscité de l’espoir chez les milliers de supporters de l’équipe nationale de football, ‘’Le Syli National de Guinée’’, avant de le voir repartir sans conclusion idoine.

A la place de la signature d’un contrat avec la FGF, Louis Fernandez a fait d’abord des visites de certaines infrastructures sportives qui, selon des observateurs, n’ont pas été appréciées par le sélectionneur candidat, dont l’arrivée en Guinée n’a été qu’un feu de paille.

De source informée, Luis Fernandez aurait tout récemment transmis ses exigences aux responsables du football guinéen, parmi lesquelles le désir de prendre en charge le Syli National, mais pas à n’importe quelle condition.

Pour prendre les destinées du Syli de Guinée, cet autre français exige des autorités sportives, pour lui-même et pour son staff, Amara Simba et Kaba Diawara, de garder la possibilité de présenter son émission quotidienne de radio, l’installation d’un studio mobile à Conakry, à l’image de ce qui avait été fait lors de l’expérience israélienne du coach.

De source proche de la FGF, une autre candidature a été acceptée par l’instance dirigeante du football guinéen, celle d’Alain Cassanova (entraineur français) qui s’est montré intéressé par le poste de sélectionneur du Syli.

Toutes ces tractations se déroulent à quelques mois des éliminatoires de la CAN 2017 au Gabon, qui prévoient les matches allers les 12,13 et 14 juin 2015.  Les  adversaires de la Guinée à cette phase sont le Malawi, le Swaziland et le Zimbabwe.

Le football africain, à ce stade, n’a pas besoin forcement d’un entraineur expatrié pour des résultats escomptés. Le pays regorge d’entraineurs qualifiés pour prendre les destinées et voir même sauver le football guinéen.

Le Ministère des Sports et la FGF doivent se départir de ces considérations s’ils veulent que le football progresse dans l’intérêt de tous. Il faudrait que l’intérêt national prime sur l’intérêt personnel pour la bonne marche des équipes nationales guinéennes.

AGP

 

Publicités

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici