C’est dans le cadre d’un rapprochement entre la Caisse nationale de sécurité sociale (CNSS) guinéenne et celle du Royaume de Belgique, constituant un modèle international, que le directeur général de ladite institution, Malick Sankhon, a reçu dans ses locaux, ce jeudi 9 mai, Mme Delphine Perremans, ambassadeur de Belgique en Guinée.

Cette visite qui coïncide à l’an un de l’ouverture du consulat de Belgique en Guinée, a permis aux cadres de la CNSS d’offrir, grâce à une projection, une large connaissance du fonctionnement des services proposés par leur institution et de faire une visite des lieux, afin de s’enquérir des réalités du terrain.

Pour le contexte de cette visite, la diplomate a expliqué qu’« initialement, c’est une initiative du directeur général, que je remercie. Parce qu’effectivement, c’est une visite très, très instructive. Donc, on a l’occasion de visiter plusieurs salles équipées de matériels de dernier cri. Mais évidemment, il n’y a pas que le matériel qui importe, quand on parle de diagnostic médical, il y a aussi les ressources humaines. En discutant avec le personnel ici, j’ai pu me rendre compte vraiment que les deux conditions sont réunies et qu’il y a un service de qualité qui est offert à la Caisse, ici ».

Par rapport aux projets futurs, elle a fait savoir que : « Je ne peux pas m’engager à ce stade-ci. On a un système de sécurité qui est ancien et qui constitue un modèle. Donc, on va voir dans quelle mesure des échanges d’expertises peuvent être mis en place ; maintenant qu’on a été sollicitée, on va étudier la question ».

Vraisemblablement heureux de cette visite, qui représente de belles opportunités de prospérité pour son institution, le directeur Sankhon, quant à lui, a déclaré : « Nous sommes très heureux de cette visite. Nous voulons montrer à l’extérieur ce que la Caisse nationale de sécurité est en train de faire. De par cette visite, ça nous permet aussi de nouer des partenariats, surtout avec des institutions de la Belgique. Donc, c’est un modèle pour nous. Et aujourd’hui, je suis très heureux que Son Excellence Madame l’ambassadeur vienne voir et qu’elle sache qu’en Guinée, il est aujourd’hui possible de faire de très bonnes diagnostics. Donc, nous attendons plus tard les accompagnements, que nous allons solliciter. Et je crois que d’autres pays vont suivre dans les jours à venir ».

Abdou Lory Sylla pour Guinee7.com

Publicités

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici