Mme Helen Clark, l’Administrateur du Programme des Nations Unies pour le Développement (PNUD) effectue une visite de travail en Guinée du 11 au 13 Février 2015.

Mme Helen Clark arrive à Conakry, dans le cadre d’une tournée qu’elle effectue en Guinée, au Libéria et en Sierra Léone,  les trois pays les plus affectés par Ebola.

L’objectif de cette visite est de témoigner le soutien et la solidarité du PNUD aux autorités et aux populations Guinéennes durement affectées par l’épidémie de la maladie à virus Ebola.

Durant son séjour, l’Administrateur du PNUD aura une série d’entretiens avec les autorités guinéennes, l’Equipe Pays des Nations Unies, la Mission spéciale des Nations Unies pour réponse d’urgence à l’épidémie d’Ebola (UNMEER), ainsi que les différents responsables des structures nationales en charge de la lutte contre l’épidémie d’Ebola.

Ces différentes rencontres donneront l’occasion à Mme Clark,  de réaffirmer le leadership du PNUD et son appui dans la mise en œuvre du plan national de relèvement post Ebola, ainsi que l’engagement du PNUD dans le renforcement du plaidoyer international pour la mobilisation des ressources en faveur des pays affectés par l’épidémie d’Ebola.

Mme Helen Clark sera reçue en audience par le Président de la République, le Professeur Alpha Condé avant de rencontrer les associations de femmes, les jeunes et les personnes guéries d’Ebola et visiter plusieurs activités du PNUD dans le cadre de la riposte à Ebola.

Elle animera une conférence de presse avant son départ de Conakry, le Vendredi 13 Février 2015. La presse est  cordialement invitée y prendre part et à couvrir le séjour de Mme Helen Clark en Guinée. 

Qui est Madame Helen Clark ?

Administrateur du PNUD

Helen Clark a pris ses fonctions d’Administrateur du Programme des Nations Unies pour le développement le 20 avril 2009. Elle est la première femme à assumer la direction de l’organisation et assure également la présidence du Groupe des Nations Unies pour le développement, un comité regroupant les directeurs de l’ensemble des fonds, programmes et départements spécifiquement chargés des questions de développement.

Avant d’être nommée au PNUD, Madame Clark a été plusieurs fois premier ministre de la Nouvelle-Zélande. Durant ses trois mandats successifs entre 1999 et 2008, elle s’est activement engagée dans l’élaboration de politiques et la mise en œuvre d’actions de mobilisation dans les domaines international, économique, social et culturel.

Sous son égide, la Nouvelle-Zélande a connu une croissance économique remarquable, des taux de chômage faibles et des niveaux d’investissement élevés en matière d’éducation et de santé, particulièrement au profit des familles et des personnes âgées. Durant ses différents mandats, Helen Clark et son gouvernement ont œuvré à la réconciliation et résolution du différend historique de longue date avec le peuple indigène de la Nouvelle-Zélande, tout en favorisant le développement d’une société inclusive, multiculturelle et pluriconfessionnelle.

Madame  Clark s’est activement mobilisée en faveur de la création d’un programme global de durabilité écologique et s’est beaucoup investie dans le traitement de la question du changement climatique. Elle s’était fixée comme objectif d’établir la Nouvelle-Zélande au premier rang des pays les plus concernés par le relèvement de ces défis. Helen Clark a joué un rôle très actif dans la politique étrangère de son pays, en prenant une part active à la résolution de diverses questions internationales. En tant que premier ministre, elle a adhéré au Conseil de femmes dirigeantes du monde, un réseau international d’anciennes ou d’actuelles présidentes et premiers ministres femmes, dont la mission est de mobiliser les femmes qui occupent les plus hautes fonctions de par le monde en faveur d’une action collective sur des questions vitales pour le sort des femmes et le développement équitable.

Helen Clark a également assumé pendant les neuf ans de son mandat de premier ministre les fonctions de directeur de l’agence nationale de renseignements ainsi que celle de ministre des arts, de la culture et du patrimoine. Elle a assuré la promotion de ce ministère pour favoriser l’expression positive de l’identité unique de son pays.

Madame e Clark a accédé au poste de premier ministre après une longue carrière de parlementaire et de ministre. Élue députée pour la première fois en 1981, Helen Clark a été réélue dans sa circonscription multiculturelle d’Auckland pour la neuvième fois en novembre 2008. Au cours de sa longue carrière, elle a également présidé la Commission spéciale des affaires étrangères.

Entre 1987 et 1990, elle a détenu plusieurs portefeuilles ministériels, à commencer par l’environnement et le logement puis la santé et le travail. Elle a également été vice-premier ministre entre août 1989 et novembre 1990. Depuis cette date et jusqu’en décembre 1993, elle a assuré la vice-présidence du principal parti d’opposition dont elle par la suite pris la tête avant d’accéder au poste de premier ministre en novembre 1999.

Avant d’être élue au parlement néozélandais, Helen Clark a enseigné dans le département de sciences politiques de l’Université d’Auckland. Elle a obtenu sa licence en 1971 et sa maîtrise avec mention en 1974. Elle est aujourd’hui mariée à Peter Davis, professeur à l’université d’Auckland. 

Le poste d’Administrateur du PNUD

L’Administrateur du PNUD est nommé par le Secrétaire général, nomination qui doit être confirmée par l’Assemblée générale, pour un mandat de quatre ans. Le premier Administrateur du PNUD est Paul G. Hoffman, nommé en 1966, David Owen, qui dirigeait le Programme élargi d’assistance technique (PEAT), organisation d’où le PNUD est issu, étant son Co-administrateur. Rudolph A. Peterson a été nommé Administrateur en 1972 et a été suivi par Bradford Morse en 1976; William H. Draper lll, en 1986, James Gustave Speth en 1993, Marc Malloch Brown, 1999-2005 et Kemal Derviş, 2005-2009.

Source : Système des Nations Unies Guinée

Publicités

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici