Des enseignants étaient dans les rues de Labé, ce lundi 6 mai 2019, pour réclamer leur engagement à la fonction publique, a constaté sur place le correspondant de Guinee7.com

La ville de Labé s’est réveillée avec des mouvements de protestation ce lundi 6 Mai 2019. Après les habitants du quartier Lonbonna, qui étaient massivement sortis pour rallier le siège de la commune urbaine, pour trouver un remplaçant à leur chef de quartier malade ; plusieurs enseignants se sont à leur tour, mobilisés tôt le matin au stade régional de Labé, point de départ d’une marche pacifique, qui s’est terminée au siège de la Direction préfectorale de l’éducation (DPE) dans le quartier Kouroula.

Selon Ibrahima Sory Diallo, un des enseignants, contacté par Guinee7.com, ce sont près de 480 enseignants, qui sont concernés par cette manifestation.

‘‘Nous avons rendu service à l’Etat au moment où le SLECG avait déclenché sa grève. Nous avons été évalués dans les classes par des professeurs. Pour un premier temps, le ministère de l’Education nationale et de l’Alphabétisation avait demandé les diplômés de l’Institut Supérieur des Sciences et de l’Education de Guinée (ISSEG), mais par la suite, il a été dit que tous les autres diplômés sont concernés. Nous avons passé le test en situation de classes, et nous avions été retenus. Après les accords entre le gouvernement et le SLECG, Nous avions été mis de côté avec la promesse de nous verser la somme d’un million deux cents mille francs guinéens comme prime d’encouragement pour chacun. Depuis lors, nous de Labé, nous n’avons reçu aucun copeck. Dans la région, seulement ceux de Tougué ont été payés. Après tout cela, on nous demande de faire le concours pour intégrer la fonction publique. Il n’est pas question. Nous n’avons pas peur de faire le concours, mais le ministère au-delà d’être ingrat envers nous, nous utilise. A travers cette manifestation, nous demandons non seulement, notre intégration dans la fonction publique, mais aussi la libération sans délai, ni condition, de nos collègues arrêtés et détenus à Kindia’’, nous a indiqué Ibrahima Sory Diallo.

Arrivés à la DPE de Labé, ces enseignants ont lu leur discours devant les responsables de l’éducation. En guise de réponse, Hadja Aissatou Diouldé Diallo, la DPE de Labé a assuré que sa direction est en train de travailler sur la liste des enseignants contractuels qui sont concernés par la présente situation afin de remonter les informations à qui de droit.

Après la DPE, les manifestants ont pris la direction de l’inspection régionale de l’éducation.

Ils promettent néanmoins d’entreprendre d’autres actions si rien n’est fait les prochains jours.

Mohamed Samoura pour Guinee7. Com

Publicités

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici