L’opposition dite républicaine était réunie cet après-midi du samedi 12 octobre au domicile privé de Jean Marie Doré à Donka. Etaient présents à cette rencontre entre autres, El Hadj Cellou Dalein Diallo, président de l’Union des Forces Démocratiques (UFDG), Sidya Touré, Président de l’UFR, Lansana Kouyaté, président du PEDN, Mouctar Diallo, président des NFD.

Selon Jean Marie Doré ‘‘Nous avons constaté qu’il y a une évolution très grave de la situation caractérisée par ce qui se passe à Matoto.  La  circonscription sur laquelle les gens travaillent depuis 14 jours.  Ça fait deux semaines qu’on n’arrive pas à se déterminer sur les résultats de Matoto pour brouiller les cartes. On a inventé toute sorte d’histoire pour remettre en cause la crédibilité de Babara Fofana, le représentant de l’UFR là-bas. Alors qu’il a fait un travail potable avec les représentants de la Cour Suprême pour porter plus de lumière sur tout ce qui a été mis en place pour dévier les résultats sortis des urnes. Et nous condamnons cette dérive, cette négation du droit.’’

Plus loin, le leader de l’UPG annonce : ‘‘En seconde position, nous avons reconfirmé notre rejet des résultats qu’on est en train de publier parce qu’ils ne correspondaient à rien. Nous demandons l’annulation de l’élection, nous confirmons la suspension de nos représentants dans le comité de suivi, dans le comité de veille, dans la commission de totalisation des résultats et nous exigeons l’affichage, conformément à la loi et à la volonté exprimée par tous les observateurs  présents dans notre pays, des PV sortis des urnes. C’est une exigence de la vérité puisque la vérité, c’est ce qu’exige la loi, la transparence aussi, c’est la vérité.’’

Et de conclure : ‘‘Ceci étant dit, nous ne pouvons pas accepter que notre pays continue dans la dérive. Et cette dérive s’aggrave aujourd’hui par l’agression contre les personnes et leurs biens. Nous avons appris avec horreur que de jeunes gens qui fuyaient devant les violences ont été  arrêtés  et mis dans des camions bâchés et embarqués dans des camions, et transportés à Soronkoni, privés de nourriture et maintenus dans des conditions humainement dégradantes. Ce sont des dérives graves qui menacent individuellement chaque guinéen et nous devons mettre le holà parce que notre pays appartient à égalité à chacun d’entre nous. Personne n’a plus de droit qu’un autre. Et ce sont ces problèmes là que nous passons en revue. Nous en profitons pour vous dire que l’opposition républicaine reste plus que jamais soudée. Elle est plus que jamais unie et solidaire et elle n’a qu’un seul intérêt en vue : la sauvegarde de la liberté du peuple de Guinée.’’

El Hadj M Diallo

 

Publicités

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici