La 6ème  assemblée générale ordinaire du comité National de Lutte Contre le Sida (CNLS) s’est tenue  dans la journée du  mercredi 6 novembre dernier dans un hôtel de la capitale. Avec pour objectif la validation du cadre stratégique national de lutte contre les IST/VIH Sida 2013-2017.

Déjà à l’ouverture des travaux dans la matinée, le Premier Ministre, Mohamed Saïd Fofana, accompagné de la première Dame, Mme Condé Djéné a indiqué qu’à la différence des cadres stratégiques précédents, ce cadre de troisième génération est basé sur les résultats. Et a ajouté : ‘‘Il reflète la dynamique de l’épidémie en vue des actions ciblées  et efficaces et à des coûts modérés.  Nous sommes certains que l’objectif zéro sera une réalité en Guinée avec zéro nouvelle infection au VIH, zéro discrimination, zéro décès lié au Sida. La situation actuelle du Sida en Guinée suscite de l’espoir avec la stabilité de l’épidémie qui pourrait se traduire par l’augmentation du nombre de personne sous traitement et la réduction du nombre de décès.’’

Le Secrétaire Exécutif du CNLS M Abass Diakité, a révélé : ‘‘Le budget du document  qui vous sera soumis pour validation s’élève à 2 mille milliards 989 695 376 francs guinéens soit 459 287 396 USD. Ce montant est à mobiliser. Bien que montant paraisse énorme, je ne doute point de la capacité de mobilisation des différents acteurs et partenaires impliqués dans la riposte au Sida.’’  M. Diabaté, à titre illustratif a cité des progrès significatifs  enregistrés en matière de lutte contre le sida en Guinée à savoir ‘‘la contribution de l’Etat qui est passée de 2,5 milliards de FG en 2010 à 24 milliards en 2013, la mobilisation auprès des partenaires extérieurs notamment le Fonds Mondial de lutte contre le sida, la tuberculose et le paludisme pour le financement de la lutte contre le sida  de plus de 21 millions de USD’’.

Le Coordinateur résidant du Système des Nations Unies en Guinée, M. Anthony Ohemeng BOAMAH a affirmé que la contribution de l’Etat guinéen au financement des dépenses de prévention et de prise en charge des personnes infectées du VIH Sida est passée de 3 pour cent en 2009 à 16 pour cent en 2012. Et que ces efforts ont contribué de façon significative à éviter les ruptures de traitement des personnes malades du SIDA, à travers l’achat d’importantes quantités de médicaments sur les fonds publics.

Le Directeur Régional de l’ONUSIDA pour l’Afrique de l’Ouest et du centre, Dr Mamadou Diallo a indiqué que cette assemblée générale se tient dans une période marquée en Guinée par des évolutions très positives qui créent un élan favorable à l’accélération de la réponse au VIH Sida en Guinée.

El Hadj Mohamed Diallo

 

Publicités

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici