Chez nos confrères de RFI, Mohamed Lamine Doumbouyah, ministre du Budget a affirmé que pour faire face aux 40 % d’augmentation immédiate de salaire des enseignants, l’Etat a besoin de 550 milliards de francs guinéens.

Mais où trouver cet argent ? « C’est une solution qui nous pousse à aller au-delà de nos limites financières. Nous allons devoir faire des coupes dans les budgets des différents secteurs, de la présidence jusqu’à tous les départements ministériels. L’autre chose, c’est que nous allons revoir les différents secteurs où l’Etat subventionne, notamment le secteur de l’électricité : il va falloir que nous fassions des coupes. Malheureusement, ça pourrait entraîner des coupures d’électricité par-ci ou par-là. Et puis cela peut nous pousser aussi à revoir le prix du carburant », répond le ministre Doumbouyah.

Comme quoi, en signant les accords tels que voulus par Soumah et ses hommes, le gouvernement n’a fait que déplacer les problèmes.

Ibrahima S. Traoré pour guinee7.com

Publicités

1 COMMENTAIRE

  1. ce monsieur prend pour qui? il est vraiment sinistre! ils n’ont qu’a augmenté tous les prix comme ils veulent et ils trouveront le vaillant peuple de Guinbée sur leur chemin! Bande d’Incompétents!

  2. Il faut être cohérent sur toute la ligne non?
    C’est pas « le peuple » qui manifestait et brûlait dans les rue de Conakry Lundi en demandant au Président d’accéder aux revendications à n’importe quel prix?
    Il fallait savoir que les solutions de rechanges ne foisonnent pas par magie dans le domaine économique.
    Donc, le peuple paiera chèrement de toutes les façons sa part de tribut dans ces 40%.
    Soit par un recours à la blanche à billets et là merci à l’inflation; soit par de coupes dans les subventions étatiques.
    Mêmes si certains simples d’esprit pensent qu’il faudrait carrément mettre toute l’administration à la diète;comme si les recouvrements des impôts et autres taxes allaient sur désormais par voies d’incantations.
    Avec de telle fantaisie (bientôt la moitié des dépenses de l’Etat sera uniquement consacrée aux seuls salaires de fonctionnaires) et on reviendra à la période Conté où le budget ne permettait le moindre investirent dans le development du pays.
    L’ignorance du peuple et le laxisme des gouvernants conduiront le pays vers la faillite et la paupérisation des masses laborieuses.

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici