Le député uninominal de la préfecture de Gaoual était l’invité d’honneur de l’assemblée générale FOUTI-LAFIDI de ce dimanche 23 décembre 2018 à Matoto PA. Autour de ce repas traditionnel, l’honorable Ousmane Gaoual Diallo a partagé son parcours professionnel avec le groupe de journalistes et citoyens qui étaient présent pour la circonstance. Il a aussi commenté l’actualité sociopolitique du pays.

‘‘Nous évoluons dans un environnement extrêmement tendu où la violence verbale est forte’’ 

Pour le coordinateur de la cellule de communication par intérim du principal parti de l’opposition, UFDG, l’AG FOUTI-LAFIDI, « c’est le meilleur rapport qu’on peut avoir avec les populations qui ne sont pas forcément des militants et ça nous permet de mesurer leurs attentes, leurs compréhensions de nos discours politiques. Nous évoluons dans un environnement extrêmement tendu où la violence verbale est forte. Quand ont vient ici c’est l’humilité aussi d’entendre les gens vous dire leurs préoccupations au-delà de ce qu’on peut projeter d’institutionnel. Je pense aussi c’est un moment de se faire connaître humainement de ce que nous sommes », a fait savoir Ousmane Gaoual Diallo.

‘’Mais, moi je crains pour l’image de la dame, ce n’est pas ma parole, ma parole n’est rien’’ 

Vous semblé nuancer vos propos concernant dame Domani (ancienne ministre des Sports) est-ce qu’ aujourd’hui vous êtes dans une sorte de regret? demande un journaliste. « Non ! Je ne regrette rien surtout pas sur mes propos. Non je ne suis pas dans la nuance, je suis dans l’explication. Je pense que les médias ont cette responsabilité de vulgariser la parole mais je pense aussi la responsabilité aurait voulu simplement qu’on nous donne la parole pour qu’on entende ma version. C’est tout ! Malheureusement c’est une parole qui a très mal été perçue. Mais, moi je crains pour l’image de la dame, ce n’est pas ma parole, ma parole n’est rien. Vous et moi n’aurions pas entendu ça sauf qu’elle a été propulsée au-delà de l’endroit même où ça été dit. C’est tout mais elle n’était pas ni blessante ni injurieuse. Je n’ai pas parlé de l’intimité », a répondu le député de Gaoual.

A propos des femmes qui ont demandé à l’honorable Ousmane de présenter des excuses publiques à dame Domanie Doré, le conseiller politique de Cellou Dalein Diallo estime que cette demande n’a aucun sens. C’est pourquoi, il demande à ces dames de bien écouter le son avant de réclamer quelque chose.

« Je pense que ça n’a aucun sens. J’invite simplement ces femmes à entendre les propos et puis à sortir un peu de la comédie stratégie là parce que il y a des centaines d’enfants guinéens qui ont été tués ces femmes étaient où ? Lorsque les femmes guinéennes appelaient à manifester parce qu’on a tué leurs propres enfants, elles étaient où ces femmes ? Ça ne les indignait pas ? Je pense qu’il ne faut pas réduire le combat des féministes à la défense inopportune à des situations comme ça », a laissé entendre Ousmane Gaoual.

‘’peu importe le jour, peu importe l’heure qu’on va appeler, il faudrait que ce jour, là que la commune de Matoto soit envahie’’

Parlant du contentieux de Matoto, ce cadre de l’UFDG soutient mordicus que l’élection du maire de la commune ne sera pas reprise. « Il n’y a pas d’autre suite que la poursuite des élections et c’est pour ça que j’ai appelé ici tout à l’heure que les Guinéens doivent se mobiliser peu importe le jour, peu importe l’heure qu’on va appeler, il faudrait que ce jour là, que la commune de Matoto soit envahie. Et qu’on soit obligé de faire le vote publiquement pour que les Guinéens soient témoins de ce qui va advenir parce que c’est notre démocratie qui est en questionnement. Parce que ce sont les lois de la République qui vont être bousculées par notre attitude, notre passivité par rapport à ce que le gouvernement envisage ici. Il faut que les Guinéens se mobilisent et qu’on ne dise pas que c’est une opposition UFDG-RPG non ça va au-delà, (…) ».

Lors du dernier AG du RPG Arc-en-ciel, dame Domanie Doré a attesté que même si on reprenait mille fois cette élection du maire de Matoto, c’est le RPG qui gagne. A ces propos Ousmane Gaoual rétorque qu’ « elle était comme un chat dans la salle, elle n’a pas protesté alors qu’elle était dans la salle toute assise elle n’avait pas élevé une seule protestation pendant le processus électoral alors qu’elle était en droit. Pourquoi attendre au sortir de l’espace et les médias pour dire je n’étais pas d’accord alors qu’elle était dans la salle. Elle aurait dû protesté, c’est elle qui était en droit de protester ce n’est pas ce monsieur perturbateur… »

Bhoye Barry pour guinee7.com

00224 628 705 199  

 

Publicités

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici