Madifing Diané, ministre de la Sécurité

La recrudescence de la criminalité et du grand banditisme effraye et traumatise les populations de la capitale guinéenne, avec près d’une dizaine de mort enregistrée en deux semaines.

Le corps d’un homme sans vie a été découvert jeudi dans la commune de Ratoma par les services de sécurité, grâce à la collaboration des populations du quartier. Au même moment, un père de famille a été abattu par des hommes armés dans la nuit de mercredi à jeudi dans le secteur de keitaya, commune urbaine de Dubréka située à 36 km de Conakry.

La semaine dernière, des bandits armées ont fait irruption dans un centre téléphonique de Bonfi où ils ont ouvert le feu sur le propriétaire des lieux, un jeune diplômé et distributeur des produits de téléphonie mobile dans cette localité.

Dans la même nuit, un haut responsable au commissariat à la réforme de l’administration a été débarqué de sa voiture et tué par un groupe de bandit.

Malgré l’implantation en nombre non négligeable des commissariats urbains de police et des brigades de répression de la grande criminalité à Conakry et dans certaines villes de l’intérieur du pays, l’insécurité ne cesse de prendre de l’ampleur ces derniers temps.

Xinhua

Publicités

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici