Le fournisseur des machines de couture destinées au projet baptisé « un tailleur-une machine », un opérateur économique sénégalais, représentant de l’entreprise Sall industrie Sénégal,  ne serait toujours pas entré en possession de ses fonds qu’il estime à près de 6 milliards de nos francs. Ainsi, après avoir fait des pieds et des mains auprès des promoteurs du fameux projet, sans succès, l’infortuné se serait tourné vers le palais présidentiel où sa cause semble avoir été entendue.

Le projet baptisé « un tailleur, une machine » commençait à tomber dans les oubliettes, quand le ministre de la Jeunesse Mouctar Diallo a annoncé récemment, l’acquisition d’une centaine de machines, destinées à meubler le hangar aménagé à cet effet, dans les locaux de la Maison des jeunes de Taouyah.

Il semble qu’environ 6 milliards avaient été débloqués pour le compte du projet initié par le président de la République.

Cependant une source proche du projet dit son étonnement face à ces accusations : « tout le projet ne vaut pas plus de trois milliards. Et le gouvernement doit moins d’un milliard à l’opérateur. »

L’opérateur économique sénégalais lui, s’estime gruger par la partie guinéenne. Ce qui l’aurait amené à se tourner vers la présidence de la République, pour plaider sa cause.

Informée de l’affaire dont a été victime le partenaire sénégalais, le chef de l’état aurait piqué une colère noire, et exigé toute la lumière sur cette affaire qui sent le soufre.

Moussa Soumah pour guinee7.com

Publicités

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici