Les Jeux olympiques 2016 se terminent et nous n’aurons pas de médaille cette
année malgré les efforts de nos courageux compétiteurs nationaux ! Mais
félicitons-les tout de même et rassurons-les : il y a une vie après le
stade.

Qui a-t-il donc de commun entre les athlètes guinéens Dansoko, Bangoura,
Dioulde Sow, Keita et Camara ? Et bien ils ont simplement plus de chance de
prospérer socialement grâce à leur expérience sportive au plus haut niveau.
En effet, les qualités forgées par l’effort se révèlent un atout dans la
construction d’une carrière. En clair, les athlètes d’aujourd’hui feront les
grands managers de demain. Ce n’est pas un hasard si les entreprises
courtisent ces machines à gagner. Les qualités exigées pour devenir cadre ou
dirigeant sont précisément celles des grands sportifs, dont la principale
est la confiance en soi. Mais aussi la détermination, la dureté au travail,
et l’accomplissement personnel pour servir le groupe, qui sont des qualités
régulièrement citées comme étant recherchées par les chasseurs de têtes.
Finalement, seuls les objectifs de nos champions changent, les bénéfices
remplacent les bons chronos.

Les étudiants sans expérience professionnelle peuvent aussi mettre en avant
un curriculum vitae sportif. Cela les servira lors des entretiens
d’embauche. Les valeurs portées par le sport trouvent leur application dans
la vie professionnelle. Les entreprises le savent et à C.V. équivalent, se
tourneront vers l’athlète demandeur d’emploi, au détriment du commun des
mortels. Les sportifs de haut niveau sont réputés savoir bien communiquer
leur motivation à leurs équipes, expliquer clairement les objectifs et se
donner les moyens de les atteindre. De manière surprenante, les experts
affirment que c’est bien l’expérience de la défaite chez le sportif qui lui
permet d’acquérir un sens profond du réalisme et de la nécessité d’agir en
groupe pour compenser les lacunes individuelles. Ce sens du groupe, cette
endurance à l’épreuve, en font des managers hors pair, puissants et
conquérants lorsqu’il s’agit de remporter des parts de marché. Et ils vivent
plus heureux ! 47% des étudiants-athlètes objet d’une récente étude sont
factuellement considérés comme prospères et heureux contre seulement 40%
pour les étudiants ne pratiquant pas la compétition sportive ; sont jugées
plusieurs dimensions de leur vie, comme leur nombre d’amis, leurs finances,
la qualité de leurs relations amoureuses, leur santé, etc. Les femmes ne
sont pas en reste. 74% des working girls admettent que le sport est l’un des
facteurs de leur avancement de carrière. Elles s’entourent mieux, fondent
des équipes plus soudées et savent les motiver ; pour finir, elles vont au
bout des choses. Un dynamisme qui se traduit par un meilleur salaire,
puisqu’en moyenne, ces femmes gagnent mieux leur vie que celle n’ayant pas
pratiqué de sport à un haut niveau avec une différence de revenus annuels de
près de 7%, loin d’être négligeable. On ne compte plus les sucess stories de
sportifs de haut niveau finissant chefs d’entreprises, consultants réputés
ou ministres. Leur ténacité, leur talent à fédérer et la sympathie naturelle
qu’ils dégagent peuvent même leur permettre de gagner une importante
élection. Vous aurez tous en mémoire l’ex bodybuilder Arnold Scharweneger
qui a tout de même terminé gouverneur de Californie, excusez du peu. Basile
Boli sera en France Secrétaire Général UMP (aujourd’hui Les Républicains) en
charge du développement, Roger Milla finira lui nommé ambassadeur du
Cameroun, etc.

Parlant de bodybuilding, le hasard du calendrier fait bien les choses. Alors
que nous devions boucler cet article vous présentant les qualités
managériales des grands sportifs, un magazine sortait justement sur son site
internet les photos tout en muscles du maintenant très fameux Romain Girbal,
directeur d’une entreprise minière dans le pays. Un directeur au physique
impressionnant, il faut en convenir. C’est que le jeune entrepreneur révèle
involontairement sur ces photos une facette plus positive, mais bien moins
connue de son histoire. En effet, Romain Girbal a terminé vainqueur du
concours de fitness 2011 au royaume uni. Encore aujourd’hui il enchaîne les
sessions de tennis, lorsqu’il ne pratique pas le rugby semi-professionnel et
les sports de combat. Il faut dire que le fitness est la nouvelle activité
phare de la jeunesse motivée et ambitieuse – les réseaux sociaux sont
submergés des exploits des jeunes adultes ayant la culture du sport et de la
safe food. Là encore, on sent tout le potentiel que peuvent apporter les
disciplines sportives dans la gestion de carrière des jeunes loups du
business. “Je cours 3 fois par semaine”, disait-il en interview il y a peu,
“pour entretenir la forme dans la vie comme dans les affaires”. “Le sport
m’a incontestablement aidé dans ma vie professionnelle, en m’apportant une
grande confiance, de l’ambition, le goût de l’effort et le discernement” et
“une tête bien faite” insistait-il auprès du journaliste belge. Le goût de
l’effort et la confiance en soi, Romain Girbal en a bien besoin en ce
moment. Attaqué sur plusieurs sites internet guinéens, l’entrepreneur fait
face à une campagne de dénigrement sans précédent. Nous avons souhaité mener
l’enquête sur les affirmations de ses détracteurs lues çà et là dans la
Presse à scandale et après vérification, avons constaté que Romain Girbal
avait toujours son passeport, n’était pas placé sous contrôle judiciaire, et
n’était d’ailleurs pas non plus convoqué au tribunal ! L’ayant contacté ce
jour pour rédiger cet article, il s’est exprimé “je garde le sourire et je
vois que des tiers prennent ma défense et dénonce mes détracteurs”.
Malicieusement il poursuivra “J’évacue le stress par le sport, même si ces
affaires prêtent plutôt à sourire qu’à réellement inquiéter. J’ai de
l’endurance. Nous sifflerons bientôt la fin de la partie !” Vu la taille des
biceps du jeune directeur, nous ne nous risquerons pas à le contredire.

Pour vous et moi, le culte du corps, le culte du geste, l’esprit de
compétition, est souvent la plus petite définition d’un succès personnel.
Au-delà des stades et des compétitions, avoir une bonne hygiène de vie,
développer ses relations avec les autres, ses collègues, ses amis, sa
famille, c’est s’assurer une multitude de petites réussites tous les jours.
Le sport aide à remporter ces médailles du quotidien, particulièrement dans
la vie professionnelle.

Oumar Bah

Publicités

Laisser un commentaire