Selon Jeune Afrique, l’ancien président guinéen, Alpha Condé, est détenu dans le QG des forces spéciales au Palais du peuple, à l’entrée de Kaloum.

Selon le journal panafricain, Alpha Condé dispose d’une chambre, d’un salon et d’une salle de bain, mais n’a accès ni à ses téléphones, ni à la radio.

Par ailleurs, révèle le journal, la télévision, qu’il a un temps pu regarder, lui a été retirée car, selon ses gardiens, « il s’énerve chaque fois qu’il voit le lieutenant-colonel Doumbouya à l’écran et cela affecte son état de santé ».

L’ex président qui se plaint beaucoup de ne pas pouvoir accéder à sa salle de sport, aurait lors de l’entrevue avec la mission de la Cedeao a abordé la question de la lettre de démission qu’il refuse de signer. « Je préfère être tué que de signer ma démission », a-t-il fait savoir, selon nos confrères de JA. La junte et la délégation se seraient donc mis d’accord pour y renoncer.

Selon le journal, Doumbouya et ses hommes qui continuent à exprimer à l’égard d’Alpha Condé une certaine déférence exigent plusieurs conditions : Alpha Condé devra rester en retrait, à l’instar d’Ibrahim Boubacar Keïta, et ne faire aucune déclaration, que ce soit à l’endroit de la junte ou de la vie politique du pays. Des garanties difficiles à obtenir, selon un interlocuteur du journal.

Focus de guinee7.com

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.