Après la  réélection d’Alpha Condé, la question du choix du futur Premier ministre continue d’alimenter tous les fantasmes. Et parmi les noms qui reviennent sans cesse dans les conversations dans la cité, sur les personnalités les plus « aptes » à occuper  cette fonction il ya celui de  Sidya Touré, leader de l’UFR, arrivé troisième à l’issue du vote du 11 octobre, mais aussi  Ibrahima Kassory Fofana, ministre d’Etat chargé des investissements entre autres. Mais la question qui se pose aussi est de savoir si le président Alpha Condé,  peut s’accommoder d’un Premier ministre, au tempérament différent de Mohamed Saïd Fofana, dont le rôle les 5 années durant s’est réduit juste à inaugurer  des chrysanthèmes.

La nomination d’un Premier ministre en remplacement de Mohamed Saïd Fofana est le souhait de certains observateurs, qui considèrent qu’après 5 ans passés à la tête du gouvernement, celui-ci n’aura pas été à la hauteur. Ils estiment que le pays a besoin plutôt d’un homme d’envergure pour occuper le poste de Premier ministre. Et parmi les noms cités, il ya celui de Sidya Touré, dont la récente rencontre avec le chef de l’Etat a donné lieu à des conjectures, dans ce sens. Des velléités sont aussi prêtées à Ibrahima Kassory Fofana, ministre d’Etat chargé des investissements, de lorgner le poste de PM. A ces des personnalités s’ajoutent des outsiders comme   Abé Sylla, leader de la NGR, Bah Ousmane, leader de l’UPR, Damantang Albert Camara, ministre de l’Enseignement technique, Yero Baldé, 1er vice-gouverneur de la Banque Centrale et  Naby Youssouf Kiridy Bangoura, ministre secrétaire général de la Présidence.  La liste est non exhaustive. En attendant la démission de l’actuel gouvernement ou sa reconduction, il faut se demander si Alpha Condé a vraiment d’un Premier ministre. Quand on sait que l’homme a toujours fait dans l’hyper présidence. Voulant être au four et au moulin. Il vient de démonter encore une fois la même attitude à vouloir tout ramener à son niveau. Car avant même son investiture, Alpha a effectué deux sorties hors du pays. Il ya d’abord eu sa participation au sommet Inde-Afrique qui s’est déroulé à New Delhi. Et le sommet Europe-Afrique sur l’immigration qui se tient en ce moment à Malte.

Son Premier ministre actuel a toujours été cantonné dans le rôle d’inaugurer des chrysanthèmes. Mohamed Saïd Fofana passerait d’ailleurs plus de temps avec les chefs religieux auxquels le président l’assimile d’ailleurs, qu’avec des dossiers poignants qui engagent la vie de la république. C’est l’avis de maints observateurs, qui pensent que Saïd est le Premier ministre qu’il faut à Alpha Condé. Et que toute autre personnalité d’envergure qui viendrait à occuper cette fonction sous le règne d’Alpha aura maille à partir avec lui, avec des risques qui pourraient surgir dans la cohabitation entre la présidence et la Primature. Alpha Condé a beau dire qu’il va dorénavant privilégier la compétence dans le choix des hommes, il faut s’attendre de connaître la liste de son futur gouvernement, pour juger sur pièce. Car l’homme est une énigme difficile à déchiffrer.

Aliou Sow/Le Démocrate