Au cours de sa dernière sortie, l’un des sujets abordés par le chef de l’État est la sédentarisation de certains fonctionnaires guinéens à leur poste. Il estime que les membres de son gouvernement devront désormais lutter contre ce phénomène.

Pour Alpha Condé, un fonctionnaire ne doit pas rester en place plus de 5 ans ; chose qui, dit-il, est un des grands problèmes pour le bon fonctionnement du gouvernement en Guinée. « Comment voulez-vous qu’un receveur qui était sous la Deuxième république, sous le CNDD militaire, gère autrement ? Il ne peut pas gérer autrement, il est habitué à voler, à trafiquer ; comment voulez-vous qu’il change ? », s’est-il interrogé.

En effet, le chef de l’État a pointé un doigt accusateur sur ses ministres qui, selon lui, hésitent à faire remplacer les fonctionnaires qui ne font pas bien leur travail dans l’administration. « Vous (les ministres, Ndlr) avez peur d’enlever les fonctionnaires, parce qu’ils (les fonctionnaires, Ndlr) vont aller alerter leurs parents au village ou dans les préfectures, qui viendront dire « Ah ? Al Bara Nden Bô » ou « Wo bara m’mady ba ? » (ce qui signifie « Vous avez enlevé mon enfant ? » en langues maninka et soussou) », a déclaré Alpha Condé.

Avant de poursuivre : «Mais pour qu’on puisse bien gérer, on doit avoir le courage de faire face à la population. Si quelqu’un de Dubréka gère mal, on doit l’enlever et dire à la population qu’il a mal géré, il doit partir. Si quelqu’un de Kankan ou Labé gère mal, on fait la même chose ; qu’il aille mobiliser la population, on leur dira la vérité… Aujourd’hui, si nous faisons le recensement des belles villas dans les quartiers de Nongo, Lambanyi et autres, on sera très surpris. Ceux qui crient le plus à la corruption, on verra qu’ils ont 4, 5 ou 6 maisons, immeubles etc. Je peux lancer un défi, nous allons faire le recensement des immeubles et belles villas en bordure de la mer, les gens qui violent la loi en faisant des remblais, alors que c’est interdit, vous serez surpris de voir qui sont les propriétaires. Et beaucoup de gens qui crient aujourd’hui vont fuir de honte, parce qu’on sait comment ils ont géré ce pays et comment ils ont pillé ».

« Donc, je dis au ministre des Finances, au ministre du Budget, mais particulièrement au Premier ministre, que la reforme, personne ne va l’arrêter. Vous pouvez aller mobiliser votre village, votre sous-préfecture ou votre préfecture, ça ne changera rien. Il faut que désormais les gens sachent que quelqu’un qui ne gère pas bien, il doit partir, on ne doit pas le protéger, parce que c’est son fils, son cousin ou son parent, il faut que ça soit très clair », a-t-il ajouté.

Pour terminer, le président Condé a réitéré que les ministres doivent avoir le courage de prendre des décisions. « Quand on gouverne, on est impopulaire, on ne peut pas gouverner et être populaire. Quand vous prenez une décision, vous contrariez nécessairement des gens, mais c’est cela qui va changer les conditions de vie des Guinéens, parce que ceux qui détournent sont à peine 5%, et l’écrasante majorité de la population en souffre », a-t-il conclu.

Mohamed Soumah pour Guinee7.com