Au 75è anniversaire du débarquement de Provence (France), le président Macron a invité l’ancien président français, Nicolas Sarkozy mais aussi les présidents Alassane Ouattara de la Côte d’Ivoire et Alpha Condé de la Guinée. Celui-ci dans son discours de circonstance, a remercié Macron de les ‘‘avoir associés en ce jour, à la commémoration du 75 anniversaire du Débarquement de Provence qui fut un des moments cruciaux de la fin de la 2ème guerre mondiale. Cette cérémonie nous projette dans un passé fécond et à venir. Ce passé, ce sont 250.000 hommes dont plus de la moitié était constituée d’Africains du Nord, de l’Est, du Centre et de l’Ouest. Ces hommes partageaient avec les soldats Français, que dis-je, avec le peuple Français le sang et la sueur de ce combat ultime de la 2ème guerre mondiale’’.

Le président guinéen a aussi fait remarquer qu’‘‘aujourd’hui comme hier les peuples d’Afrique, tout en étant attachés à leur identité et à leur liberté continueront le combat pour le monde toujours plus juste et toujours plus solidaire’’.

Pendant qu’Alpha Condé tenait son discours succinct mais plein de sens, l’ancien président Nicolas Sarkozy d’un air admiratif, le suivait attentivement.

Il faut rappeler que les deux hommes se sont beaucoup rapprochés ces derniers temps. L’ancien président français a réussi à mettre ensemble Alpha Condé-à qui il a rendu visite au moins deux fois à Conakry, cette année- et le milliardaire juif, Beny Steinmetz qui avait maille à partir avec celui-là.

Enfin, il faut faire remarquer que pour célébrer ce 75è anniversaire du débarquement de Provence, seuls deux chefs d’Etats africains, Alassane Ouattara et Alpha Condé ont été invités. Les deux se trouvent être très proches de Sarkozy qui a accepté l’invitation de Macron contrairement à Hollande. L’autre point commun des deux est que leurs oppositions les soupçonnent de changer leurs constitutions pour leur permettre de se présenter aux futures élections présidentielles. Alors question : y a-t-il des non-dits dans la présence de Ouattara et Condé en France ? Sont-ils venus s’expliquer ? –ou négocier ? On sait que ‘‘couper le cordon ombilical avec la France’’ n’est qu’un vœu pieux. Pour le moment en tout cas.  

Il y a quelques jours, le Sous-Secrétaire d’Etat américain Tibor Nagy a, sur RFI, critiqué le changement constitutionnel en Guinée, motivé selon lui par la seule volonté de s’accrocher au pouvoir. Alors que la Russie, il y a quelques mois, avait, par la voix de son Ambassadeur désormais nommé à la tête de Rusal en Guinée, soutenu le maintien de d’Alpha Condé.

Ibrahima S. Traoré pour guinee7.com  

Publicités

Laisser un commentaire