Ces derniers temps, le président Alpha Condé n’a quasiment  pour seul discours que celui axé sur les innovations dans le secteur agricole, pour favoriser l’autosuffisance alimentaire dans notre pays, et même créer des conditions d’exportation des produits industriels. Il veut ainsi que son gouvernement s’inspire du modèle ivoirien. Les Ivoiriens sont favorables, pour l’aide sollicitée par la Guinée. Mais il faut craindre que tous les efforts qui seront consentis ne retombent à l’eau, faute de suivi et de bonne gouvernance.

Ainsi, lors de son passage au siège de son parti le samedi dernier, Alpha Condé a dévoilé ses ambitions pour une Guinée qui va mettre en valeur son potentiel agricole. Il a assuré que son gouvernement voudrait dorénavant  « donner beaucoup de force à l’agriculture. » Car pour le président de la République, le pays ne peut avancer sans l’agriculture.  Parmi les cultures ciblées, il y a le riz. Le président compte importer une rizerie, qui est  une machine de transformation du riz paddy en riz net, a-t-il promis, dans son intervention.

En plus du riz, dont il faut innover la culture, il y a des cultures d’exportation, dont l’anacarde, le café, le cacao, le palmier à huile. Alpha Condé aime rappeler au gré de ses sorties, que sous la colonisation, la Guinée était en avance sur  la Côte d’Ivoire, qui pourtant  nous dépasserait largement dans tous  ces secteurs aujourd’hui. Le président est revenu sur l’aide demandée à son homologue Alassane Ouattara, pour que son pays, fasse bénéficier la Guinée, de son expertise en matière de technique agricole.

A ce sujet, il faut dire qu’une mission ivoirienne conduite par le ministre de l’Agriculture a séjourné la semaine dernière à Conakry. La machine est donc en marche, pour améliorer la productivité agricole, grâce à l’appui des Ivoiriens.

Mais comme l’avait dit, lors de sa visite en Guinée, il y a quelques mois, le Premier ministre Ethiopien,  Hailemariam DESALEGN, la Guinée, pour aspirer au développement, a besoin d’un « leadership fort ». C’est ce qui va permettre de vaincre  la pauvreté, avait recommandé l’hôte de marque d’Alpha Condé.

Vu l’impunité qui caractérise la gestion des affaires de l’Etat, certains observateurs craignent que les énormes fonds qui seront injectés dans le secteur agricole, pour son décollage,  n’atterrissent dans des poches des cadres du département ainsi que d’autres lobbies proches du palais. Comme c’est le cas avec les campagnes agricoles dont les milliards de FG déboursés servent en réalité à enrichir des cadres du système Condé. Les engrais achetés à prix d’or par l’Etat se retrouveraient ainsi sur les marchés, sans que Mme Jacqueline Sultan ne lève le petit doigt. Un silence coupable pourrait-on dire…

L'indépendant

Mamady Kéita

Publicités

Laisser un commentaire