Guillaume Hawing et Bah Oury

Je suis devenu depuis la publication de mon article sur certains sites, article décryptant les codes lucifériens sur l’homme  qui recommande la violence contre la paix, une cible à détruire, un obstacle à éliminer, un cerveau à faire taire.

Plusieurs cerveaux de ce pays refusent d’analyser  ou refusent de donner leurs points de vue de la situation sociopolitique de la Guinée, par peur qu’ils ne soient dénigrés ou ne deviennent la cible ou l’objet de diffamation ou de critique de certains médiats  communautaires ou par peur qu’on ne leur colle une étiquette partisane de la mouvance ou de l’opposition. Je trouve que ceux qui adoptent une telle ligne de conduite sont hypocrites et n’aiment pas leur pays.

Quand on est scientifique, on est censé être au-dessus de ces considérations hypocrites, censé connaitre ce jeu communautariste de certains médias à faire taire les cerveaux brillants et les cerveaux gênants. Pour la gouverne de tous les médiats qui optent pour cette option, sachez que tout ce qui ne tue pas le scientifique le rend fort. Acceptez d’affronter le scientifique c’est accepter d’avance de perdre le combat. Le scientifique est puissant et fort, quand on ne croit pas en sa puissance on est détruit.

A un moment donné de l’histoire, toute l’Allemagne était contre Albert Einstein mais à la fin, l’histoire avait brandit haut son drapeau de victoire. Comme pour dire que même si toute la Guinée était contre mes articles je resterai imperturbable et ne lâcherai pas prise, à plus forte raison quand c’est une poignée de médiats communautaires qui veulent faire leur publicité par intermédiaire de mon nom, car ils savent bien que mon nom ne peut être qu’une action pour leur site.

Mon article intitulé « Bah Oury ne jure que par la violence » a fait coulé beaucoup d’ancres et a fabriqué beaucoup d’insolents. Après la publication de l’article, nombreuses des voix se sont soulevées pour me détourner de ma conviction et me faire taire à jamais, mais très fort malheureusement aucune  n’a apporté une contre-analyse contradictoire à l’article, mais plutôt : certaines des injures, d’autres s’interrogeaient sur mon origine, d’autres défendaient le nom BAH parce que étant Bah, d’autres devenaient recenseurs d’erreurs d’écrits, d’autres tentaient de jouer sur mes sentiments  pour que je sois un des leurs, comme si j’étais de quelqu’un d’autre. Pour votre gouverne, le scientifique est l’une des caractéristiques du bien commun, il n’appartient à aucun groupe privilégié.

A lire les propos des uns et des autres, je donne raison aux analystes qui disent que lorsque l’argumentation d’un article est au dessus de ceux qui se sentent consernés par l’article, bonjour et bienvenus seront à : l’insolence, l’ethnocentrisme et à l’avocat du diable dans les contre-attaque ou dans les droits de réponse. En réalité, c’est cette figure de cas que je vis présentement avec les proches de BAH Oury qui s’attaquent à l’article.

A chaque fois que je suis en face d’une réponse d’une telle nature, je suis soulagé. Car dans ma logique, lors que les contre-attaques d’un article sont constituées essentiellement d’injures,de propos ethniques et de préjugés, c’est que cet article a atteint son objectif. Car la vérité est crue, elle incite, elle provoque, elle est difficile à admettre mais facile à comprendre.

Si BAH Oury ne jure pas que par la violence, si Bah Oury ne recommande pas la violence contre la paix, si Bah Oury n’incite pas les gens à la manifestation sans être parmi les manifestants, si Bah Oury ne préfère pas le pouvoir à la vie humaine, si Bah Oury ne veut pas entrer dans l’histoire sans être un acteur du présent et enfin si Bah Oury n’est pas le contraire de Mahatma Gandhi, de Nelson Mandela et de tant d’autres qu’on me le prouve par une contre-analyse à travers une argumentation non pas ethnique mais rationnelle. Je suis convaincu que les guinéens attendront toute la durée de leur vie sur terre, ils ne liront jamais une contre-attaque digne de nom pouvant déterrer Bah Oury de ce cimetière de vérité dite sur sa personne. Appelons les choses par leur nom, Bah Ory est luciférien.

Si Mahatma Gandhi, Nelson Mandela et tant d’autres ont prôné la non- violence et ont refusé de gouverner les cadavres durant toute leur vie, Bah Oury quant à lui, pense que « la violence à la Bah Ouryenne » les pertes en vies humaines et l’écoulement du sang de la paisible population guinéenne doivent être les probabilités certaines de son soi-disant renversement de regime ou de son soi-disant prise de pouvoir.

Monsieur Bah Oury,  je vous promets d’être parmi les manifestants et d’occuper la première ligne si vous et vos enfants accepteront de revenir de l’Europe et  d’être à la première ligne parmi les manifestants. Ayez du respect pour la vie humaine. Sachez qu’autant que votre vie et celle de vos proches parents vous sont chères, qu’il en est autant pour les autres et pour leurs proches parents. Les pauvres gens ont trop payés de leur vie, je crois que cela suffis comme sacrifice humain. Acceptons désormais la culture de la voix des urnes et banissons celle de la violence, car personne n’a le monopole de la violence.

Pour finir je dis ceci : on peut atteindre un homme et le faire taire car l’homme est limité dans le temps et dans l’espace. Mais on ne pourra jamais atteindre et faire taire la vérité, car elle est l’un des noms de Celui qui gouverne tout l’univers. La vérité et le temps font toujours chemin ensemble et ne se trahissent jamais. Avec le temps la vérité réussira toujours à se faire découvrir, car la roue de l’histoire tourne.

Guillaume Hawing, chercheur