Ce jeudi 23 février 2017 en plein débat sur le nouveau code électoral,  l’honorable Baidy Aribot de l’UFR a quitté la salle et s’est adressé à la presse : ‘‘je viens d’assister à quelque chose d’inimaginable dans ce pays. Voilà une opposition qui s’appelle UFDG qui passe partout dans les médias et appelle tous les matins les enfants à descendre dans la rue pour donner de leurs vies à ses fausses causes ;  qui aujourd’hui dans, cette salle de l’Assemblée nationale, pour son propre intérêt, demande à l’Assemblée de violer les lois de la république.  Et qui demande à ce que cette Assemblée viole la constitution de notre pays. Elle demande à ce que les députés soient soumis à l’injonction de l’exécutif pour encore une fois violer les lois de la République’’, a lancé le député.

Poursuivant sa communication, Baidy affirme ‘‘encore une fois le peuple est témoin. Ceux-là ne doivent plus parler d’éthique politique ou de démocratie dans ce pays parce qu’aujourd’hui, ils se sont associés avec la majorité devant tout le monde pour violer ensemble les lois. Et ils disent qu’ils sont de l’opposition et ceux qui sont du côté du RPG-Arc-en-ciel sont de la Mouvance. En même temps, ils viennent dans la salle, ils s’associent pour voter des lois contre ce pays. Contre la démocratie’’.

Et de menacer : ‘‘On va attaquer le code  à la cour constitutionnelle. Si ça ne passe pas, le peuple descendra dans la rue cette fois-ci.’’ A noter que la plénière a été suspendue  durant 30 minutes pour convaincre les députés du l’UFR de revenir dans la salle. Ce qui fut fait.

Bhoye Barry pour guinee7.com      

Publicités

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici