Le Président de la Commission électorale nationale indépendante (CENI), Me Salifou Kébé, était ce mardi dans les locaux de la Primature où il a échangé avec le premier ministre, Ibrahim Kassory Fofana, sur les conditions d’organisation des élections législatives.

Au sortir de la rencontre, Me Salifou Kébé a fait savoir qu’au cours de la réunion : « Le premier ministre nous a donné beaucoup d’informations en ce qui concerne la disponibilité de l’Etat à accompagner la CENI, à mettre les moyens à notre disposition pour pouvoir réaliser toutes les activités prévues dans notre chronogramme. La CENI aussi a décliné un certain nombre de difficultés qu’elle a rencontrées jusqu’à présent, mais qui ont été quand même, petit-à-petit, levées et aujourd’hui nous sommes à même d’aller sereinement vers la réalisation de ces élections. »

Et d’informer : « Un autre rendez-vous a été pris et cette fois, la CENI va revenir devant monsieur le premier ministre et les membres du gouvernement, pour donner la date réelle à laquelle, elle pourra réaliser ces élections. Nous n’avons statué sur cette question à la CENI, puisque la CENI, c’est un organe qui décide de façon consensuelle, nous n’avons pas encore tablé sur la question, mais tout laisse à croire que nous allons tenir cette partie. »

Il a aussi rassuré que : « Les difficultés financières ont été levées, le matériel qui devait être commandé a été fait, le site central et le logiciel que nous devons commander est aujourd’hui dans nos murs, les serveurs qui devaient venir, sont en train d’être installés. Donc je pense que les difficultés majeures sont parties. L’opérateur technique est déjà là, il est en train de travailler. Ne vous méprenez pas, une nouvelle loi est intervenue dans notre pays. Cette loi dévolue à l’Etat guinéen, en partie ce que l’opérateur technique faisait avant, et l’autre partie est dévolue à la CENI. Ce que nous avons fait en recrutant un cabinet d’ingénierie qui est en train de travailler. »

Il a terminé en s’interrogeant : « Qu’est-ce qu’il reste ? il ne reste que le recrutement des opérateurs techniques de saisie sur le terrain, qui vont être formés et déployés et c’est un opérateur local qui a l’habitude de le faire. J’insiste là-dessus. L’opérateur technique international comme vous l’avez connu, n’existe plus. La loi a éclaté son rôle entre deux entités, l’Etat guinéen et la CENI, et nous sommes en train de travailler là-dessus. Obligatoirement il y aura une révision totale des électeurs avant l’élection. »

Abdou Lory Sylla pour Guinee7.com

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici