Bah Oury sans nul doute, le plus expérimenté des leaders de l’opposition avait compris qu’il était contreproductif de faire du Cellou Dalein pour espérer grignoter dans son électorat. Le fondateur de l’UFDG se démarqua et osa ne nouvelle démarche. Mais cela ne fit pas long feu, parce qu’il se fit aussitôt hypnotiser par la foule que le FNDC, sous la houlette de l’UFDG, drainait.

Bah Oury le grand mathématicien n’avait certainement pas lu la psychologie des foules de Gustave Le Bon. Il fallait juste comprendre les comportements irraisonnés des foules…La parade du FNDC reprise en grande pompe sur les réseaux sociaux a eu raison de celui qui aurait tout gagné en restant différent. Comme il l’avait commencé avec son nouveau parti…

L’opposition radicale guinéenne qui a participé à tout le processus électoral –ce qui n’est pas le cas du parti de Bah Oury-, décide, à la fin, sans convaincre, de bouder les élections. Par suivisme, il faut le dire, Bah Oury agrée cette décision qui ne lui profite en rien politiquement.

Ratant ainsi la meilleure occasion de ‘‘récupérer’’ son parti ou tout au moins de bénéficier des voix de certains ufdégistes qui tiennent à voter parce que ne partageant pas l’avis de boycott de la direction du parti qui a pris de manière quasi unilatérale la responsabilité de sortir le parti d’une si importante élection.  

Publicités

1 COMMENTAIRE

  1. M. Traoré,

    Je ne vois pas d’erreur fatale ici si ce n’est pas cautionné le projet de 3ème mandat d’Alpha Condé.

    D’autres commentateurs ou éditorialistes reprochent la même chose au grand parti UFDG, mais à l’envers. Que cette dernière sait laisser faire avec le refus des petits partis de participer à cette élection. Si la “sauce” Bah Oury pouvait “prendre” au sein de l’électorat UFDG, cela saurait depuis bien longtemps. Le contexte politique aujourd’hui n’est pas favorable à cette “prise”.

    Par ailleurs, merci de nous donner quelques choses à “croquer” dorénavant dans vos éditos.
    En effet, vous ne nous donnez pas d’éléments factuels pour étayer certaines de vos affirmations comme par exemple : “…quasi unilatérale la responsabilité de sortir le parti d’une si importante élection….” ou encore “…ne partageant pas l’avis de boycott de la direction…” Il sciait en tant que journalistes et surtout éditorialiste de factualiser ses deux affirmations. Sur quoi vous vous basez ou c’est quoi qui vous faire dire ou tenir ces deux phrases cela ?. En répondant à cette interrogation, vous vous démarquez professionnellement des très bons commentateurs qui sont sur la toile et qui ne sont pas tous du métier.

Comments are closed.