Ce mardi 13 décembre 2016, a eu lieu, au Petit Palais, la réunion du comité de suivi chargé de l’application de l’accord inter guinéen du 12 Octobre dernier. L’objectif de cette réunion était, entre autres, la  présentation des travaux effectués par les 6 commissions techniques, la modification du code électoral.

Durant cette réunion qui à regroupé les représentants, de la mouvance, de l’opposition, de l’OIF, de la société civile, plusieurs dossiers ont été débattus notamment celui du code électoral qui devrait être révisé.

Un projet de code électoral transmis par inadvertance à l’Assemblée nationale

C’est dans ce cadre qu’à la  sortie de cette réunion l’honorable  Aboubacar Sylla représentant de l’opposition nous faisant le compte rendu a indiqué que “la réunion d’aujourd’hui était une session ordinaire  du comité de suivi chargé de l’application de l’accord du 12 Octobre 2016, à ce titre donc les 6 comités constitués pour épauler le comité ont fait un compte rendu de leurs activités respectives nous avons vu à ce niveau que tout se passe bien, les activités sont en cours de manière à ce que l’accord politique inter guinéen soit intégralement appliqué“.

Il ajoute : “ nous avons aussi relevé le cas de ce projet de code électoral qui était transmis par inadvertance à l’Assemblée nationale mais qui ne correspondait pas dans son contenu aux dispositions relatives aux élections communales  telles que prévues au niveau de l’accord, le secrétaire général qui a remplacé le ministre absent de Conakry nous a certifié que le MATD (Ministère de l’administration du territoire et de décentralisation) allait immédiatement dans les 24h procéder au retrait et à la substitution du code actuel à l’Assemblée nationale par un nouveau code qui allait reprendre toutes les dispositions de cet accord. Donc nous pensons que d’ici demain ce texte sera à l’Assemblée nationale  pour nous permettre de l’examiner immédiatement d’autant que le budget 2017 a été adopté aujourd’hui, donc le chronogramme de l’Assemblée est ouvert et il sera comblé par l’examen du code électoral que lorsque les 140 exemplaires vont y parvenir et c’est ce que nous attendons“.

la CENI ne veut pas s’impliquer dans le travail du comité de suivi

Par ailleurs “nous avons certaines inquiétudes, et c’est essentiellement de la CENI (Commission électorale  nationale indépendante), nous avions prévu que cette institution participe à certains travaux d’une commission qui est chargée notamment du suivi du fichier électoral et de l’organisation des élections communales. Mais malgré plusieurs relances, la CENI ne veut pas s’impliquer dans le travail du comité de suivi d’une façon ou d’une autre, nous avons le sentiment qu’il n’y a aucune volonté de collaboration entre cette institution chargée de la gestion des élections en Guinée  et le comité de suivi chargé de l’application d’un accord qui dispose pour ces élections. Donc il y a là une inquiétude, parce que le temps passe et les élections locales  doivent avoir lieu au mois de février et nous sommes pratiquement  dans la deuxième quinzaine du mois de Décembre nous n’avons aucun chronogramme en vu pour ces élections. Donc il faudrait que le Gouvernement et toutes les parties concernées interpellent la CENI et l’amène à considérer que les dispositions de l’accord du 12 Octobre la concerne au plus haut point. Nous avons aussi le code des collectivités locales qui a aussi été transmis à l’Assemblée nationale et qui est en tout point en harmonie avec le code électorale qui est élaboré et transmis donc ce qui veux dire qu’il est aussi en désaccord avec l’accord du 12 Octobre 2016, donc c’est un document qu’il faudra également retirer, remettre en forme et l’y retourner en même temps que le code électoral mais là il y a moins d’urgence“.

M. Patrice Seny Camara représentant de la mouvance présidentielle a rappelé qu’au ‘‘cours de cette réunion, il y a un comité d’urgence qui a été mis en place et qui va travailler cet après midi afin que ce document puisse arriver sur le bureau de l’Assemblé nationale, et demain, conformément à l’esprit de l’accord du 12 Octobre que l’Assemblé puisse traiter de la question. Avant le 31 Décembre, on souhaite avoir un code électoral qui puisse permettre à la CENI de donner un agenda pour le mois de Février“.

Abdou Lory Sylla pour Guinee7.com  

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici