La Commission provisoire de réflexion sur la réconciliation nationale (CPRN) a organisé ce mercredi la cérémonie de remise officielle du rapport final des consultations nationales au président Alpha Condé. A cette cérémonie, le chef de file de l’opposition, Cellou Dalein Diallo, a été invité. Et il était là.

Le président Condé a profité de cette présence pour titiller son principal opposant: «Nous ferons en sorte que nous ayons des forces de l’ordre capables d’encadrer les manifestations démocratiques. Mais il faut que nous ayons des leaders responsables qui font des manifestations pacifiques. Moi j’ai été opposant pendant 40 ans, aucun président ne peut dire que mon parti a cassé une voiture à plus forte raison une maison.»

Ce n’est pas tout. Il fait remarquer que l’autorité de l’Etat va s’affirmer. «Parce que les libertés c’est une chose, mais il revient à l’Etat de protéger les personnes et leurs biens. Nous n’accepterons plus que les personnes soient agressées dans leurs maisons. On va faire en sorte que toutes les libertés soient respectées, mais votre  liberté ne doit pas piétiner celle de votre voisin. L’Etat prendra ses responsabilités», a indiqué le chef de l’Etat.

Que le président Condé et son principal opposant ne se soient pas donnés ne serait-ce qu’une poignée de main à la fin de la cérémonie consacrée à la réconciliation nationale n’est pas passé inaperçu.  C’était donc une occasion ratée de ‘‘réconcilier’’ les deux.

Aziz Sylla pour guinee7.com

2 Commentaires

  1. Du n’importe quoi
    Nous croyons vivre au 3e siècles ?
    Les 7 points du document remis au chef de l’état sont tous des points qui n’aboutirons à rien. Ça juste servit à remplir les poches des gens et à faire un semblant de travail. Le fatalisme ne doit pas être une porte de sortie aux médiocres.
    Merde à ce pays de merde avec des leaders de merdes

Comments are closed.