Le chef de file de l’opposition guinéenne, Cellou Dalein Diallo s’est montré très amer vis-à-vis de la Commission électorale nationale indépendante (CENI), après la publication du chronogramme électoral fixant les élections locales au mois d’octobre, au terme de l’atelier de Kindia. Il a balayé du revers de la main, cette proposition de calendrier, en disant dans une sortie dans la presse, qu’il faudra que le chronogramme soit fixé de façon consensuelle.

Les réactions se multiplient sur le nouveau chronogramme électoral proposé par la Ceni, au sortir de l’atelier de Kindia, qui a servi à la préparation d’une mouture de planification des élections communales et communautaires. Parmi ces réactions, il ya celle du président de l’Union des forces démocratiques de Guinée (UFDG), Cellou Dalein Diallo, qui s’est montré intraitable là-dessus. « Je suis déçu, mais je ne suis pas surpris parce que les autorités de ce pays n’ont jamais accordé de l’importance au respect des engagements pris. La CENI ne se sentait pas liée par l’accord politique du 20 août. Accords au terme duquel les autorités et la CENI se sont engagées à organiser les élections communales avant la fin du premier semestre. Aujourd’hui, la Ceni nous ressert la même chose, mais c’est inacceptable. Il faut qu’on fasse l’effort dans ce pays de respecter les engagements », a mentionné Cellou Dalein Diallo, au lendemain de la publication de ce chronogramme.

Ce mercredi  au moment où nous mettions sous presse, les opposants devaient adopter une position commune face à cette « nouvelle provocation de la Ceni ». Lors d’une réunion prévue au siège de l’UFDG.

Une position qui ne fera que rappeler celle déjà connue, et qui en appelle à une réforme de la Ceni. La prochaine session des lois prévue au mois d’avril prochain, sera l’ultime occasion pour cette refonte.

A noter qu’au sortir de son atelier  de planification qui s’est tenu la semaine dernière à Kindia, la Commission électorale nationale indépendante (Ceni) a reconnu ne pas pouvoir organiser les élections locales avant 352 jours. Une décision qui a provoqué le courroux des opposants. Dr Faya Millimono est tout comme Dalein, très indigné par cette sortie de la Ceni. Une institution qui, à ses yeux doit être revue dans son fonctionnement.

Ousmane Gaoual a emboité le pas à ses aînés pour flétrir Bakary Fofana, qui selon lui n’a sa place que dans une prison.  Cette Ceni considérée comme étant  « incompétente et  partisane », par Dalein, devra donc mieux se pourvoir, si elle veut convaincre l’opposition.

Mamady Kéita in L’Indépendant, partenaire de guinee7.com

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici