La revue annuelle 2020 du Plan Cadre des Nations Unies d’Aide au Développement des Nations Unies (PNUAD) et Planification Opérationnelle 2021 a eu lieu, ce mercredi 31 mars 2021 à Conakry. Cette cérémonie a été organisée par le ministère de la Coopération et de l’Intégration Africaine en collaboration avec le système des Nations Unies en Guinée.

Pour cette revue, les organisateurs ont invité tous les chefs d’agence du système des Nations unies, les départements sectoriels et les ONG partenaires. Le PNUAD qui s’étend de 2018 à 2022, s’inscrit dans le cadre de la lutte contre la pauvreté.

Vincent Martin

« Cette revue nous donne chaque année, l’opportunité de parcourir les grandes lignes de la contribution conjointe de l’ensemble des agences du Système des Nations Unies en Guinée, en appui au gouvernement pour atteindre des résultats substantiels face aux défis prioritaires pour le développement du pays, notamment l’atteinte des Objectifs de Développement Durable, à l’horizon 2030. Plus spécifiquement, cette revue permettra d’examiner et valider le rapport conjoint des interventions des Nations Unies et de procéder, pour l’année 2021, à la validation des plans opérationnels de travail conjoints », a expliqué Vincent Martin, coordonnateur résident du Système des Nations Unies en Guinée.

Selon lui, « l’année 2021 est l’avant dernière année du cycle du PNUAD (2018-2022), avant d’entamer le processus de formulation du prochain cadre de coopération des Nations unies pour le développement durable, qui sera aligné au PNDES2. Un montant de 61 035 625 USD est planifié pour l’année 2021 et il reste un effort de mobilisation pour près de 20% des besoins identifiés ».

Président cette cérémonie, le ministre de la coopération et de l’intégration Africaine, Amadou Thierno Diallo, a rappelé que « depuis longtemps ces institutions (système des nations unies) sont ici, elles nous ont accompagnés ».

Amadou Thierno Diallo

Donc, pour lui, aujourd’hui, « c’est la culture du résultat. Il faut qu’on sache ce qui a été fait, parce que c’est des contribuables d’autres pays qui financent certaines activités chez nous. Donc, on a une obligation de résultat pour leur expliquer où sont allées leurs ressources. Donc, la revue, aujourd’hui, c’est de voir qu’est ce qui a été prévu et qu’est-ce qui a été atteint. C’est un programme de plusieurs années et chaque année, il faut faire une revue pour comprendre l’année précédente quels sont les résultats obtenus », a laissé entendre le ministre de la Coopération.

Bhoye Barry pour guinee7.com

00224 628 705 199