Malgré l’accord trouvé tard hier entre le syndicat des enseignants et le gouvernement, des personnes ont très tôt ce matin barré des routes à Conakry à l’aide des objets de tout genre (entre Nongo et Coza, à Kipé, etc.)

A Kipé ‘‘sous nos yeux, un groupe de jeunes passe en scandant ‘on est fatigué de rester à la maison, on ne fait pas de pagaille’’, rapporte une journaliste de guinee7.com.

policiers grève

Par ailleurs, des pneus ont été brûlés à plusieurs endroits, notamment sur l’Autoroute. Ces faits ont fortement perturbé la circulation. ‘‘ Nous constatons un embouteillage de l’Aéroport à Gbessia où les policiers accueillent une pluie de projectiles divers des jeunes. Des policiers en sous-nombre répondent en leur lançant des cailloux. Deux pickups de policiers viennent d’arriver. Ce qui porte le nombre à trois pickups. Maintenant les policiers répondent par des bombes lacrymogènes’’, témoigne un journaliste de guinee7.com.

De nombreuses personnes via les réseaux sociaux avaient demandé de descendre ce matin dans la rue pour exiger l’ouverture des classes. Hier tard la nuit, le gouvernement a eu un accord avec le syndicat. Les manifestants sont apparemment insensibles à cette avancée.

Focus de guinee7.com

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici