Elhadj Mohamed Saïd Fofana, Médiateur de la République, Hadja Rabiatou Sérah Diallo, présidente du Conseil économique et social, Elhaj Djériba Diaby, ambassadeur de la paix et Dr  Makalé Traoré de la COFFIG, ont été reçus, ce lundi 16 juillet, à la Bourse du travail, par l’inter-centrale CNTG-USTG. L’objectif de la visite était de convaincre ces derniers à un retour autour de la table des négociations.

Sortant optimiste de cette rencontre, le Médiateur a annoncé que : « Nous avons reçu deux informations qui nous permettront d’aller très loin dans cette facilitation ; cette médiation qui est en train de se mettre en place. Je voudrais les remercier très sincèrement ».

Se disant très satisfait et confiant par rapport à l’inter-centrale, il ajoute : «  Nous avons attentivement écouté tous les argumentaires des syndicats, mais notre propos aujourd’hui, c’était de plaider pour que chaque partie accepte de rencontrer l’autre. C’est-à-dire un dialogue inclusif, qui suppose que quelques soient les problèmes, les points de vue et les positions de négociation, qu’on les fasse autour d’une table. J’ai confié la Guinée aux syndicats… J’attends d’eux un geste pour que l’on puisse un jour, pas très loin, qu’on puisse tout le monde se réunir autour d’une table, afin que les Guinéens se parlent. Le message que j’envoie à tout  le monde, c’est que nous devons apprendre à dialoguer en Guinée ».

Il a par ailleurs annoncé que cette rencontre devrait, dans les prochains jours, s’élargir aux autres acteurs concernés par cette concertation tripartite : « Nous allons rencontrer les acteurs de la société civile, le gouvernement ; nous irons même vers le diable, dans l’eau ou partout, pour que la Guinée respire la paix. Inchallah, nous n’accepterons pas que la Guinée brûle ».

A son tour, parlant au nom de l’inter-centrale, Louis M’Bemba Soumah a affirmé que : « Nous avons reçu de très bons conseils, mais nous sommes des syndicalistes et nous sommes des mandatés. Nous avons écouté et nous allons nous réunir, nous rencontrer et analyser ensemble, prendre langue avec nos mandants, ensemble nous allons décider et transmettre la décision à qui de droit ».

Sur la question de la « marche verte » prévue demain mardi, il a tout de même indiqué : « Oui, mais nous allons vous en parler un peu plus tard, parce que je crois qu’il y a eu quelque quoique que nous allons régler et je crois que nous vous reviendrons ».

Abdou Lory Sylla pour Guinee7.com