Louncény Nabé

Le gouverneur de la Banque centrale de la République de Guinée (BCRG), Louncény Nabé, estime que l’épidémie d’Ebola n’aurait pas d’impact sur la stabilité macroéconomique.

“Dans les mois à venir, il y aura des impacts bien sûr, mais je peux vous rassurer que ces impacts ne vont pas toucher la stabilité macroéconomique”, soutient le banquier guinéen.

Il a avoué que le secteur touristique est sensiblement touché par la fièvre Ebola, avec une diminution remarquable du taux de remplissage des hôtels et la rareté des avions à destination de Conakry qui sont quasiment vides.

De même, dans le secteur d’investissement notamment les projets miniers, certains experts qui devaient se présenter en Guinée pour finaliser l’étude de ces projets ont peur de venir.

Certains projets d’envergure nationale, sans être arrêtés, connaissent un certain retard, a indiqué le gouverneur.

Toutefois, a déclaré M. Nabé, “je dis que l’économie guinéenne se porte mieux qu’il y a quelques années au plan de la stabilité macroéconomique qui n’est pas du tout remise en question”.

“Les dépenses de l’Etat sont restés sous contrôles” et qu’il n’y a pas eu un franc de financement additionnel par la Banque centrale, d’où “la planche à billet n’a pas du tout fonctionné”, a- t-il affirmé.

Les instruments de la politique monétaire de la Banque centrale ont continué à être mis en œuvre de sorte que globalement, le taux de change du franc guinéen se porte mieux et le taux d’ inflation a continué à baisser pour se situer autour de 9,6% fin juin.

Pour lui, avec la bonne situation macroéconomique et l’espoir de mettre fin à l’épidémie d’Ebola, les résultats peuvent êtres consolidés dans un avenir prévisible.

Cependant, il y a une crainte que l’organisation sociale sur laquelle est bâtie la production agricole dans les zones forestières du sud touchées par l’épidémie ne soit perturbée, car dit-il, tout impact de la fièvre Ebola sur l’investissement et la production nationale peut entraîner une baisse de la croissance économique pour le pays.

Par ailleurs, les grands investissements projetés comme la construction du grand barrage hydroélectrique de Kaléta avec la coopération chinoise ne souffrira d’aucun retard ainsi que le projet minier de Simandou avec la signature d’un accord avec les partenaires de Rio Tinto relatif à une échéance d’exportation de la première tonne de minerais de fer.

Actuellement, une revue du programme de facilité élargie de crédit avec la Banque mondiale et le Fonds monétaire internationale (FMI) est en cours à Washington où une équipe légère du gouvernement guinéen est présente pour discuter avec les responsables des institutions de Breton Wood.

Aux dires du gouvernement, les chiffres sur lesquels porte cette avant dernière revue sont bons et tout laisse à croire que la revenue sera concluante, puisqu’il n’existe aucun couac dans ce programme.

Certains experts et analystes financiers estiment que la persistance de la fièvre Ebola en Guinée et dans la sous-région risque d’influencer “négativement” sur la croissance économique, avec moins de 2,5% sur une prévision de 5% pour la Guinée.

Xinhua

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici