Abdoulaye Sow

 

Très tôt dans la matinée de ce mardi 6 janvier, toutes les banques primaires étaient ouvertes. Quelques temps plus tard, sous la houlette de Abdoulaye Sow, secrétaire général de la FESABAG (Fédération Syndicale Autonome des Banques et Assurances de Guinée), les banques privées ont fermé sous prétexte de soutenir Pride-Guinée (une institution de micro finance) plongé dans un problème de malversation et de gestion. En réalité, les banques privées n’ont rien à voir avec cette grève qui ne concerne que les uniques fonctionnaires. Mais Abdoulaye Sow dont les couleurs politiques sont un secret de polichinelle à la Bicigui où il travaille, se devait de prouver à ses mentors qu’il remplit bien sa mission.

Ainsi, il a fait injonction ce matin à toutes les banques privées qui étaient ouvertes de fermer. En réalité Abdoulaye Sow a transposé un problème dans cette grève qui n’avait pas lieu d’être puisque la BCRG est en voie de trouver une solution définitive au cas de Pride-Guinée. Et cela Abdoulaye Sow le sait pertinemment. Ce sont justement ses ambiguïtés politiques qui avaient amené Yété-Mali à se retirer de la FESABAG. Les autres membres de la FESABAG devraient rappeler le sieur Sow à l’ordre au risque d’être tous taxés d’anarcho-syndicalistes. Une personne frappée par le délirium-trémens ne saurait gérer une structure aussi importante que la FESABAG.

Abdourahmane Soumah