Au sortir d’une réunion, ce mardi, avec les acteurs du processus électoral, dans le cadre de l’organisation des prochaines élections législatives, la directrice du département fichier électoral a fait des précisions concernant le chronogramme et le fichier électoral.

Deux questions qui, depuis un bon moment, constituent des points d’achoppement entre les différents acteurs du processus électoral.

Selon Djenab Touré, ” à Kindia, nous avons parlé de 235 jours pour arriver au scrutin, mais le top chrono n’est pas encore donné, parce qu’il y avait des questions qu’il fallait d’abord discuter, notamment la mise en place des démembrements, qui passent de quatre mille (4000) personnes à cinq mille soixante-six (5066) personnes. Il y a également la question sur à quand l’État va-t-il nous fournir les kits. Donc on ne peut pas faire de top chrono si on n’a pas les si, si, cités à Kindia et là nous sommes dans la résolution de ces si, (…) avec les acteurs”.

Concernant la question d’électeurs fictifs dans le fichier électoral, qui a été soulevée par bon nombre d’observateurs, cette commissaire de la CENI précise : ” il n’y a pas d’électeurs fictifs. La Guinée est victime de son propre système, le changement d’opérateur. C’est des sociétés, c’est des commerçants, ils viennent avec leurs solutions pour faire votre travail. Donc l’audit a clairement révélé que ces changements d’opérateurs n’ont fait qu’augmenter des anomalies dans notre système. Donc nous sommes en train de nous inscrire. Le logiciel de gestion que nous allons acquérir est une propriété de la Guinée. Il est question maintenant de recruter des jeunes ingénieurs guinéens compétents, qui vont être formés et qui, dans 5 à 10 ans pourront piloter ces choses sans qu’on ne soit tout le temps en train de dépenser des millions de dollars ou d’euros pour les mêmes prestations”.

Mohamed Soumah pour Guinee7.com

Publicités

Laisser un commentaire