Décidément le ministre Ibrahima Kassory Fofana ne se donne plus de limite dans ses prérogatives, en tant que ministre d’Etat à la Présidence chargé des Questions d’Investissements et des Partenariats Public-Privé. C’est le moins qu’on puisse dire, quand on sait que lors du forum économique de Londres qui s’est tenu le 24 février dernier, Kassory s’était carrément invité dans  les rencontres B2B, au grand dam des opérateurs économiques, relégués au simple rôle de figurants.

Près de trois semaines après son déroulement, le forum d’investissement et de commerce entre le Royaume Uni et la Guinée commence à livrer ses secrets. Car cette rencontre organisée par la société londonienne Developing Markets Associets (DMA), en collaboration avec l’Agence de Promotion des Investissements Privés (APIP-Guinée), l’Ambassade de la Guinée au Royaume Uni et l’Ambassade du Royaume Uni en Guinée, n’a été finalement qu’une source de frustration pour les opérateurs économiques guinéens, ayant pris part au forum.

Certes, ces hommes d’affaires, qui vivent dans la hantise de ne jamais s’attirer les foudres d’un pouvoir aux manières peu « catholiques »,  n’ont  donc pas osé violer l’omerta auquel ils sont soumis, en criant leur colère une fois de retour au pays. Mais nous avons néanmoins réussi à nous imprégner de ce qu’il s’est passé durant ce forum de Londres. Une rencontre qui a été marquée par des couacs, à mettre sur le compte des organisateurs. Il est notamment reproché à Gabriel Curtis, directeur général de l’APIP, d’avoir « importé » une Guinéenne de la diaspora du nom de Salimatou DIALLO, Directrice Générale SD Avocats, pour jouer les modérateurs durant les travaux du forum.

Une dame qui ne serait pas bien imprégnée des réalités guinéennes, dit-on. A cela il faut mentionner les impairs commis  par le ministre d’Etat à la Présidence chargé des Questions d’Investissements et des Partenariats Public-Privé. Celui-ci s’était invité   aux rencontres d’affaires organisées entre les secteurs privés guinéen et londonien au cours des sessions dédiées aux B2B. De sorte que les opérateurs économiques guinéens avaient été relégués au second plan. C’est donc quasiment la mort dans l’âme que ces représentants du secteur privé guinéen ont quitté la capitale britannique, pour rentrer au pays, au terme de ce forum qui, en réalité n’aura été qu’une simple promenade de santé.

On pourrait même parler d’une nouvelle occasion ratée pour le gouvernement guinéen qui comptait pourtant saisir cette opportunité pour vendre « l’image » de la Guinée auprès des investisseurs étrangers.

Mamady Kéita

 

Publicités

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici