Fria, environ 160 km de Conakry, la capitale guinéenne. Ici, le régisseur de la prison civile, M. Amadou Sial Camara, ne manque pas d’imagination. Pour, selon lui, étoffer son personnel insuffisant, il n’a trouvé mieux que transformer trois détenus en garde pénitentiaire. Condamnés à des peines allant de 2 ans à 6 ans pour coups et blessures, vol, enlèvement d’enfant, etc., ces détenus sont connus pour être de grands bandits.

La goutte d’eau qui a fait déborder le vase est sa doute la virée nocturne d’un d’entre eux. En effet l’homme en tenue de garde pénitentiaire, ivre, a semé la terreur dans un bar de la ville, en début de semaine. Il n’en fut pas plus pour que le juge d’instruction, M. Souleymane Kouyaté, fasse des reproches au régisseur à qui il a demandé de ‘‘déshabiller’’ les prisonniers et de les remettre en tôle.  Droit dans ses bottes, le régisseur refuse et fait remarquer qu’il est ‘‘le seul responsable de la prison’’. Et qu’il manque de personnel.

Joint par notre rédaction, le régisseur reconnait : ‘‘Je sais que la loi ne m’autorise pas. Mais je croyais avoir bien fait en réinsérant des détenus qui m’ont aidé à arrêter un autre qui voulait s’évader.’’ En attendent les nouvelles recrues du régisseur continuent leur ‘‘boulot’’.

Al Mo Djiba, correspondant à Fria

 

Publicités

Laisser un commentaire