La gestion des débats lors de la plénière de ce lundi 17 novembre 2014 aura été une fois encore l’occasion pour des observateurs de haute maturité d’aboutir à la conclusion selon laquelle,  l’autorité naturelle du Président de l’Assemblée Nationale, Claude Kory Kondiano s’impose à l’hémicycle.

Faut-il signaler de prime abord, qu’il est quasiment devenu une tradition à l’hémicycle lors des plénières, pour certains Députés aux goûts de sensation euphorique, de divaguer en tentant d’intravertir les sujets inscrits à l’ordre du jour pour assouvir leur desideratas politiciens ou à dessein, pour jeter de l’anathème de façon délibérée sur les projets du Gouvernement.

Le Président Kondiano pour pallier cet état de fait, met en branle ce qu’il est convenu d’appeler, la stratégie de manier le bâton et la carotte, interpellant parfois et de manière sèche, des intervenants inféconds dans  les débats. D’ailleurs, c’est  dans ce registre de relique tactique, qu’au cours de la présentation de la Loi des finances initiale 2015, le mardi 27 octobre dernier, qu’il est  monté au créneau en martelant : « Je ne laisserai pas la chienlit s’installer à l’hémicycle. »

Dans la même trajectoire, il faut révéler que l’honorable Kondiano ne permet pas  que  le moindre geste de désordre ou des frasques s’entraînent dans les débats.

Ainsi, en vigile de temple, le Président de l’Assemblée Nationale au cours de la plénière de ce lundi 17 octobre a procédé avec constance et lucidité, de la remise de la pendule à l’heure avec la subtilité digne d’un manager à la carrure d’un banquier  doublé de professeur au charisme rompu à la gestion des élèves en classe.

En effet, faut-il rappeler qu’il s’agissait au cours de cette plénière, de l’adoption de trois projets de loi portant sur trois prêts que la Banque islamique de développement (BID) a accordés à la Guinée.

Au menu de ces prêts, figure celui portant financement du projet de villages durables d’un montant de dix millions de dollars américains (10 000 000 US)  destinés à la sous préfecture de Banko dans la préfecture de Dabola.

Il faut  noter que dès après la lecture du Rapport de la Commission, finances, plan et coopération, des spéculations pleuvaient sur  les hypothèses de critères de choix de ce projet  en faveur de cette localité, allant jusqu’à établir un lien entre la Banque islamique de développement (BID) et le Gouverneur de la Banque centrale qui est natif de Banko.

Là, en véritable pédagogue, le Président Kondiano interviendra pour apporter une éclaircie dans le ciel, en dissipant toutes les supputations précisant que ce projet est un vieux programme  ressuscité.

Dans la même optique,  quand un membre de la Commission finances de l’Assemblée Nationale a évoqué le caractère expéditif de l’examen de ces projets de loi, avec  une lucidité imputrescible, le Président Kondiano rappellera, l’article 71 du Règlement Intérieur de l’institution disposant de procédures d’urgence pour l’examen de certains projets de loi.

A préciser à cet égard d’ailleurs, qu’un Député légaliste de l’opposition corroborera cette assertion du Président Kondiano, mettant ainsi un terme à l’affabulation pour dit-on, faire un show devant la télévison.

Aussi, quand il s’est agi de l’étape question-réponse entre les Députés d’une part et d’autre part, entre les Députés et les membres du gouvernement, le Président Kondiano constatant une atmosphère délétère s’inviter à l’hémicycle avec des Députés qui s’emportaient, a indiqué : « Je ne voudrais pas appliquer les dispositions du Règlement Intérieur qui sont rigoureuses. A l’hémicycle, certains deviennent des adolescents.  J’en appelle à l’esprit de responsabilité de chacun»

Aux yeux de nombre d’observateurs, cette méthode de conduite des séances plénières « made » Kory Kondiano fait effet aujourd’hui et l’enfant de Kondiadou continue chaque jour de poser sa marque. Et c’est tant mieux pour cette législature qualifiée de pionnière par l’ensemble des institutions et partenaires au développement.

Safiatou DIALLO

Publicités

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici