Séga Diallo est journaliste sportif. Il est témoin des gloires et des défaites de notre onze national. A la veille du match à enjeu de la ‘‘suprématie régionale’’ (sic), nous lui avons demandé d’évaluer les chances du Syli de Guinée.

C’est un duel psychologique qui se joue

‘‘La 5è journée des éliminatoires de la CAN 2019 sera une occasion pour beaucoup de pays de valider leur ticket pour cette compétition. La Guinée avec 10 points n’est plus très loin de cet objectif. Mais au-delà de la qualification c’est un duel psychologique qui se joue entre deux équipes qui ont toutes eu leurs périodes fastes. La Guinée il y a quelques décennies, par l’entremise du Hafia et la Côte d’Ivoire, plus récemment. Les Ivoiriens ont donc eu une surprise désagréable en concédant une défaite d’entrée à Bouaké, lors de la première journée. Cet accident de parcours pour eux, était un coup de maître de Kanfory Lappé Bangoura, à l’époque, sélectionneur national. Depuis, la Guinée a évolué en intégrant des joueurs d’une autre dimension et en changeant de management. La Côte d’Ivoire qui se remet doucement dans la course ambitionne de laver l’affront et surtout de se sécuriser en ne perdant pas ici’’.

L’enjeu de la suprématie régionale

Le Syli peut être qualifié avant même le coup d’envoi (en cas de match nul entre le Rwanda et la Centrafrique ou en cas de défaite de celle-ci du côté de Kigali). Ce qui pourrait enlever tout enjeu significatif à la rencontre Guinée/Côte d’Ivoire. Il ne restera que l’enjeu de la suprématie régionale. Une victoire guinéenne permettra de prendre un réel avantage mental sur son voisin.

Ce qui peut faire la différence pour le Syli…

Ce qui peut faire la différence pour le Syli, c’est la dynamique d’un groupe qui se construit avec l’apport de nouveaux joueurs de qualité et l’enchaînement des résultats positifs. Une équipe dont l’ossature peut faire rêver même la grande Côte d’Ivoire. Avec une défense expérimentale mais qui aura l’avantage de compter sur un milieu de rêve : Mady ou Cissé, Diawara et Naby keita ; et une attaque qui va être amenée par le Bordelais, François kamano, épaulé par le feu follet, Lass Bangoura et d’un revenant karamako Cissé qui va pallier l’absence de Martinez Kanté. Sur le banc, il y aura de la munition avec Sory kaba, et le futur crack, Hadji Barry, tout nouveau international en provenance de la ligue américaine.

Côté ivoirien…

Côté ivoirien, si la défense est un chantier éternel depuis un moment, la ligne d’attaque a de la qualité, notamment avec un Nicolas Pépé en pleine forme du côté de Lille. Quid de l’expérience de Max Gradel ? Ils seront surveillés comme du lait sur le feu.

Sur les réseaux sociaux…

Sur les réseaux sociaux, le match sera tout sauf amical. Et la ‘‘fessée’’ promise en cas de contre-performance du Syli par le président Alpha Condé en dit long sur la seule option attendue par les officiels guinéens.

Focus de guinee7.com

Publicités

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici