Investissements privés et promotion du secteur privé en Guinée : la bataille des cinq armées ?

Tous les cinéphiles amoureux du genre film fantastique connaissent Peter Jackson et ses trilogies légendaires comme ‘‘le Seigneur des Agneaux’’ ou le ‘‘Hobbit’’. De bons films, je l’avoue et vous invite à les regarder. J’aurai pu volontiers m’inspirer de Games of Thrones avec les Sept (7) couronnes pour écrire cet article, mais je n’ai pas aimé la fin de la saison 8 de cette autre série déjà culte. Et vous, franchement ?

Le bien triomphe toujours !

Pour rappel, à la fin du 3ème volet de la saga le Hobbit, M. Jackson nous livre la bataille des cinq armées ou s’affrontent les Humains, les Nains, les Elfes, les Wrags et les Orques. Il s’agit d’une bataille épique ou toutes les parties prenantes d’un univers magique et fantastique convoitent les richesses de la montagne solitaire gardé par le terrifiant dragon Smaug. In fine, la bataille sera remportée par l’alliance des forces du bien contre celles du mal car dans les scénarios hollywoodiens, il existe toujours une morale : le bien triomphe. Ce qui devrait être aussi le cas sous les tropiques.

L’univers fantastique guinéen

Sur un autre terrain habitué aux scénarios fantastiques, avec les réalisateurs aussi doués voir par endroit plus doués que Peter Jackson, la République de Guinée, risque de se jouer ou se joue déjà la scène de la bataille des cinq armées en matière de promotion d’investissements et du secteur privés. Les parties prenantes, pour ne pas dire les protagonistes (qui sonne très belliqueux), sont : le Ministère en Charge des Investissements et des Partenariats Publics Privés (MIPPP), le Ministère de l’Economie et des Finances (MEF) et son Unité Partenariat Public Privé (Unité PPP), le Ministère de l’Industrie et des Petites et Moyennes Entreprises (MIPME) et l’Agence de Promotion des Investissements Privés (APIP).

Smaug nous enseigne une chose : Le dialogue et la coordination ou point de richesse !

En l’absence de dialogue et de coordination, il existe donc un sérieux risque de bataille entre ces Départements en charge des investissements privés, de la promotion du secteur privé, des PPP si ce n’est déjà le cas. Car en réalité chaque Département dispose d’attributions claires selon des Décrets, malgré des points de conflits et les précisions du Code des Investissements.

Ces points de conflits sont principalement :

  • Le MIPPP et l’APIP : mise en œuvre de la politique du Gouvernement en matière de promotion et de développement des investissements privés ;
  • le MIPPP et le MIPME : veiller à l’application du Code des investissements et Vulgariser et opérationnaliser la Politique Nationale du Contenu Local ;
  • le MIPPP et l’Unité PPP du MEF : assurer le Montage, Pilotage, Suivi Evaluation, Vulgarisation des projets PPP.

Quid du Décret sur le contenu local ?

Récemment, le MIPME a brûlé la politesse au MIPPP avec la publication du Décret D/2019/N°263/PRG/SGG fixant les règles régissant le contenu local. A travers ce Décret, le MIPME fait du MIPPP un simple membre du Comité de Pilotage du Contenu Local. C’est ce qu’on appelle faire d’une pierre deux coups. 

Et si le Code des Investissements était la bague magique pour avoir de la richesse ?

En ce qui concerne le Code des Investissements, il a été adopté avant la création du MIPPP et quand le MIPME avait (et toujours ?) la responsabilité de la promotion du secteur privé. Les institutions créées par ce Code comme le Comité Technique de Suivi des Investissements sont mises sous l’autorité du Ministre en charge de la promotion du secteur privé (Article 30 du Code des Investissements). La question aujourd’hui est de savoir quel est le département en charge de la promotion du secteur privé ? La réponse est claire dans un monde normal ! Mais n’oubliez pas, nous sommes dans un univers fantastique ou tout est possible.

MIPPP et APIP, un exemple d’alliance des forces du bien ?

En outre, le fait que le MIPPP assure en partie la tutelle de l’APIP facilite la collaboration entre eux. Avec une entente cordiale, c’est possible d’avoir une répartition des compétences qui permettra à la Direction Nationale de la Promotion du Secteur Privé et de la Compétitivité -Pays du MIPPP de s’occuper des politiques et stratégies de la promotion du secteur privé et à l’APIP la mise en œuvre de ces politiques et stratégies. Peut-être un début de création de l’alliance des forces du bien !

DNPPP vs Unité PPP :

Enfin, la Loi n°0032/2017/AN du 4 juillet 2017 portant Partenariats Public‐Privé confère à l’Unité PPP du MEF toutes les prérogatives disputées car la création de la Direction Nationale des Partenariats Publics Privés est postérieure à cette Loi. Pourtant, les Décrets d’application de cette loi en cours d’élaboration devraient être une chance d’arrondir les angles et mieux coordonner ou répartir les tâches entre l’Unité PPP et la DNPPP. Si l’objectif de chacun est bien sûr la sauvegarde des intérêts du royaume. Sinon ça sera difficile de profiter de façon optimale des richesses de la montagne solitaire.   

Gandalf, dans son rôle de sage, a toujours œuvré pour l’alliance des forces du bien et conseiller la coopération

Une chose est sûre, pour que dans le scénario guinéen le bien triomphe également, il sera important que les Départements impliqués travaillent en synergie tout en essayant d’être complémentaires. C’est pourquoi M. le Président de la République, lors d’un Conseil des Ministres, a invité toutes les parties prenantes à travailler collectivement. Car ce n’est qu’ensemble que nous pouvons sauver le royaume et son trésor, comme Thorin, les Nains et Bilbon l’ont fait. Même si pour y arriver il faudra porter une bague magique qui rend invisible face au puissant dragon Smaug.

En cas d’échec dans la coopération et dans la coordination, il faut se préparer pour la bataille des cinq armées et commencer à identifier dans le contexte guinéen qui représente les Humains, les Nains, les Elfes, les Wrags, les Orques, la montagne solitaire (avec toute sa richesse enfouie) et le dragon Smaug ?

Kerfalla SYLLA