Entamée depuis le 9 Janvier 2020, la grève du syndicat libre des enseignants et chercheurs de Guinée (SLECG) semble s’essouffler à Labé, c’est du moins le constat fait par un reporter de Guinee7.com dans plusieurs établissements scolaires de la place.

Plus le temps passe, plus l’on assiste à un retour à la normale des cours dans les différentes écoles à Labé. Déjà depuis la deuxième quinzaine du mois de février, la grève d’Aboubacar Soumah commençait à prendre des coups. Certains enseignants membres du SLECG avaient vu leurs salaires gelés. Pour rentrer donc en possession de leurs dus, ils ont été obligés de reprendre le chemin de l’école. C’est ce que nous a confié récemment la Directrice Préfectorale de l’éducation de Labé. « Certains enseignants membres du SLECG parmi nous, ont été obligés de fournir des documents pour attester de leur démission du syndicat », a confié un enseignant qui a gardé l’anonymat.

« Dans les écoles privées, les cours se tiennent normalement à Labé, c’est vrai qu’au départ, les élèves des écoles publiques venaient perturber les cours dans les privés. Mais nous avons toujours eu des astuces pour compenser les cours. Aujourd’hui je puis vous dire que cette grève est abandonnée et dans le public que dans le privé. C’est seulement quand le FNDC appelle à des manifestations que les enfants ne font pas cours », a révélé un fondateur d’une école privée de la place.  

Depuis déjà deux semaines, dans les écoles publiques, les cours se tiennent normalement dans la quasi- totalité des établissements scolaires et avec un nombre très important d’élèves. Les enseignants programmés sont généralement tous présents aussi. Les cours se tiennent normalement depuis le début de cette semaine.   

Face à la réalité sur le terrain, le bureau local du SLECG sous la houlette de Mamadou Oury Hawa Labicko Diallo, a appelé une assemblée générale ce mardi 3 Mars dans l’enceinte du stade de Labé, mais cette assemblée n’a pas connu la mobilisation escomptée des enseignants.  

Sam Samoura pour Guinee7.com