Après la pause de la première pierre, en avril 2015, pour la construction de la nouvelle prison civile moderne à Yorokoguiya dans la préfecture de Dubréka, le projet n’a pas avancé depuis. La raison est simple, l’entrepreneur qui a bénéficié du contrat a tout simplement disparu de la Guinée avec le premier versement qu’il a reçu du gouvernement guinéen.  

Pour le ministre de la Justice, garde des Sceaux, ‘‘nous avons été victimes d’une vaste escroquerie organisée. On a porté plainte. L’intéressé a été arrêté en Espagne. Il est en prison. Mais ça ne règle pas notre problème, parce qu’on n’a pas de prison’’, a regretté Mamadou Lamine Fofana.

Avant d’annoncer : ‘‘si fait qu’on a un autre partenaire maintenant qui s’est présenté et avec lequel on a signé l’accord de partenariat. Nous sommes aujourd’hui en train de voir les voies et moyens de la mise en œuvre de ce protocole en ce qui concerne la construction de la prison sur le site de Dubréka. Je vous garantis que dans les jours ou les mois à venir, vous serez invités à la pose de la pierre de cette prison.’’  

L’Espagnol José Luis Riveira Ferrera qui s’est enfuit de la Guinée en 2016 est actuellement en prison en Espagne, poursuivi pour ‘‘corruption’’. Selon le ministre de la justice, la Guinée a porté plainte contre lui. Le ministre dit ne pas connaitre le montant escroqué. La Guinée espère-t-elle rentrer dans ses fonds ? ‘‘Il faut s’en remettre à Dieu’’. C’est la réponse du ministre de la Justice.    

Parlant du milieu carcéral guinéen, Mamadou Lamine Fofana, ne vas pas du dos de la cuillère. ‘‘Aujourd’hui, la maison centrale compte plus de 1600 détenus pour une prison qui a été construite pour 300. Et à l’intérieur, il n’y a pas de prisons de dégagement. Sinon, on pouvait faire des transferts pour vider Conakry. Mais ce n’est pas possible’’, a-t-il indiqué.

Outre le surpeuplement des prisions civiles, le ministre soutient également qu’‘‘il y a des juridictions qui n’ont pas de prison. Mandiana n’a pas de prison. Macenta non plus. Ce sont quelques problèmes auxquels nous réfléchissons parce qu’un pays ne peut pas fonctionner sans prison’’.

Le ministre Mamadou Lamine Fofana a fait ses déclarations, ce vendredi 10 janvier 2020, à l’occasion de son passage devant les hommes de médias.

Bhoye Barry pour guinee7.com

00224 628 705 199