Voici le communiqué qui nous a été envoyé par l’équipe de communication de Bah Oury, no2 de l’UFDG, suite au discours tenu, samedi dernier par Fodé Oussou Fofana, lors de l’assemblée générale ordinaire du parti. 

« Nous avons pris acte du discours du deuxième vice-président de L’UFDG à l’occasion de l’assemblée générale du parti le samedi 07 Novembre 2015.

Sans vouloir engager une quelconque polémique,  nous  réagissons par rapport à ce qui est manifestement une dérive dictatoriale inquiétante aux yeux de tout démocrate soucieux de l’avenir de son pays.

Si élever la voix, émettre un avis contradictoire et demander des réformes après trois échecs successifs à des élections non de moindre importance, doivent valoir à son auteur une exclusion en tant que perturbateur, il y a lieu de s’ interroger sur l’avenir démocratique d’une telle institution politique. On aurait pu comprendre un peu la position de cette direction si l’exclusion reposait sur un fondement légal en rapport avec la procédure en vigueur au sein de l’UFDG.

Par ailleurs toutes les institutions qui se veulent fortes, acceptent et encouragent  le débat et les contradictions internes en leur sein, gage de leur essor et de leur développement.

Mais aujourd’hui, nous sommes au regret de constater qu’il y a un petit groupe à l’UFDG, qui étouffe tout esprit critique en prenant tout le parti en otage.

Ils doivent savoir que l’heure est venue d’accepter les réalités en face, de poser les vrais problèmes et d’ouvrir le débat. Ce n’est que de cette manière que rapidement des solutions idoines vont être trouvées sans effriter l’unité et la cohésion de L’UFDG.

La dynamique en cours, visant la refondation du parti ne faiblira point. Que cela soit entendu et compris par tous ceux qui veulent maintenir le statu quo.

Les raccourcis qui consistent à voir derrière toute différence ou contradiction, une volonté de déstabilisation de L’UFDG, orchestrée en arrière-plan par le RPG, constituent une fuite en avant et ne peuvent malheureusement pas prospérer. Cela rappelle les méthodes du PDG avec sa théorie du complot permanent.

Il appartient donc aux militants et sympathisants de L’UFDG de prendre leur destin en main, en exigeant de leurs leaders politiques, l’instauration d’un véritable débat politique dont jaillira un nouvel espoir pour 2020 ».

L’Équipe communication du 1er Vice-Président de l’UFDG 

Le Porte- Parole pour la  Guinée :

Diallo Amadou Mouctar