Albert Bourgi, professeur émérite des universités en droit public, dans la préface du livre ‘‘ ALPHA CONDE, Une certaine idée de la Guinée, Entretiens avec François Soudan’’ ; indique qu’Alpha Condé a ‘‘sacrifié son ambition personnelle au profit de l’intérêt national et a fermement résisté aux sirènes du pouvoir et de l’argent’’.

‘‘Je peux en témoigner : l’homme qui dirige la Guinée n’est pas un homme d’argent’’, martèle l’universitaire.

Le président Condé, lui-même dans le livre, explicite : ‘‘Je me suis battu pour arriver au pouvoir et voyez comment je vis. Pour moi, le pouvoir, ce sont des obligations, pas des privilèges. J’ai lutté pour changer des conditions de vie du peuple de Guinée, pas pour m’enrichir. Si j’avais voulu m’enrichir, j’aurais négocié avec l’homme d’affaires Benny Steinmetz. Il y avait, croyez-moi, des sommes énormes en jeu. On m’a souvent prédit que j’allais mourir pauvre, parce que j’avais une mentalité de militant communiste. Je travaille pour mon pays, pour que ses richesses soient au service du peuple. Evidemment, ceux à qui cela déplait, ceux dont les intérêts ont été remis en question et qui ont de l’argent mènent des campagnes de diffamation et racontent n’importe quoi. Le pouvoir ne doit pas être un moyen d’enrichissement, mais un moyen de transformer les conditions de vie des populations les plus vulnérables.’’

Alpha Condé possède-t-il un bien mal acquis ? lui demande son intervieweur.  ‘‘J’ai acquis un appartement à Paris quand j’étais opposant, dans le XIIIè arrondissement. Je l’ai toujours. Point final’’, précise le président guinéen.

Et sa famille ? ‘‘interrogez-la et vous saurez si elle peut m’imposer des choix. J’ai été beaucoup critiqué pour avoir dit que je ne voulais pas que mon épouse se mêle de politique et que le jour où elle m’apporterait un contrat à signer, ce serait la rupture. Je n’ai pas changé’’, clame Alpha Condé.

Un avis que ne partage évidemment pas son principal opposant qui, le plus souvent le cite rarement Alpha Condé directement dans les détournements de derniers publics mais tance vertement son entourage. ‘‘Des centaines de milliards de francs guinéens sont détournés alors que le peuple continue de souffrir. Combien de ménages ne peuvent pas assurer deux repas par jour alors que le clan ne fait que s’enrichir et veut continuer à confisquer les ressources publiques en parlant d’un troisième mandat’’, accusait récemment Cellou Dalein Diallo.

Ibrahima S. Traoré pour guinee7.com  

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici