Ce mardi 8 décembre, les députés devraient examiner et adopter le volet recettes de la loi de finances initiale  (LFI 2021). Malheureusement, le texte n’a pas été voté pour plusieurs raisons. Selon le président de l’Assemblée nationale, « si on nous envoie des textes de lois, nous avons l’obligation de les examiner avec le plus grand sérieux, avant de nous prononcer ; et pour cet examen, nous avons besoin du concours des ministères qui introduisent les textes de lois ».

Pour ce qui concerne le volet recettes de la LFI2021, « nous avons rencontré des difficultés plus ou moins récurrentes. Nous avons eu des difficultés à rencontrer certaines régies financières pour venir nous expliquer qu’est-ce qu’elles font et répondre aux préoccupations des députés. Deuxièmement, il y avait souvent un total désaccord entre les ministères à recettes ou des régies à recettes et les prévisions du ministère du Budget. Troisièmement, l’ “intercom” du 4 décembre a été interrompu, à cause de l’absence de certains ministres », regrette Amadou Damaro Camara. 

Aux membres du gouvernement qui refusent de passer devant les députés, Damaro Camara de rappeler que, « ce n’est pas pour les beaux yeux des députés que les membres du gouvernement doivent se présenter à leur appel, mais c’est constitutionnel… », a-t-il dit.

Avant de poursuivre : « Nous avons dit très tôt aux ministres : si vous n’êtes pas contents du niveau de votre budget, vous retournez au Premier ministre. Le budget, c’est le gouvernement qui nous l’envoie.  Vous êtes supposés avoir débattu de cela en conseil des ministres avant de nous les envoyer. Mais c’est gênant pour nous que beaucoup de ministres viennent découvrir à l’Assemblée, (…), le contenu et les allocations de crédit ici. Et en tant que technicien, dans l’enveloppe générale du ministère, tu trouves quand même que les allocations ne répondant pas à leurs exigences ou leur planification, et même au PNDS qui est leur bréviaire d’exécution de leur mission. C’est à cause de ça que nous n’avons pas pu examiner et terminer le volet recettes de la LFI 2021, (…) », a fait savoir l’Honorable Amadou Damaro. 

Pour finir, le président du parlement guinéen promet une seule chose : « Tout texte qu’on n’examinera pas, nous n’aurons aucune possibilité de nous prononcer là-dessus, (…). Nous nous sommes proposés de voter le budget général le 29 décembre ; déjà nous sommes dans le temps, à condition que tous les ministres qui sont concernés, sur le volet recettes, viennent ; et que tous les ministres et cadres concernés se présentent aussi à temps, pour le volet dépenses. Sinon, je crains que l’on n’exécute le budget par ordonnance, à défaut de pouvoir voter convenablement ce texte par les députés », a prévenu Amadou Damaro Camara. 

Bhoye Barry pour guinee7.com 

00224 628 705 199