L’opposition dite républicaine a animé un point de presse à la Maison de la presse sise à Coléah. Avec pour objectif, selon Aboubacr Sylla, son porte-parole  «lancer un appel à l’autorité à respecter la constitution et la loi ».

Ainsi au sortir du point de presse, Aboubacar Sylla  a situé le contexte de la rencontre en déclarant : «L’opposition républicaine s’est retrouvée encore aujourd’hui pour examiner la gestion du processus électoral au lendemain du communiqué de la CENI diffusant à l’intention de l’opinion nationale les différentes actions et les opérations qu’elle mène dans le cadre de la gestion du processus électoral guinéen. Nous dénonçons d’abord le fait que ce soit par la voix des ondes que nous partis politiques, qui sommes censés être les partenaires privilégiés de la CENI, que nous apprenons les actes importants qui ont été posés par cette institution, qui depuis sa mise en place ne rencontre pas les acteurs politiques.»

Ensuite, M. Sylla d’enfoncer le clou : «Nous déplorons que la CENI, alors que le dialogue politique guinéen est bloqué, ait décidé du choix d’un consultant devant préparer le dossier d’appel d’offres pour le recrutement d’un opérateur technique, qu’elle ait même lancé cet appel d’offres sans avoir eu à échanger de ces questions-là avec les acteurs politiques. Pourtant la CENI, elle-même a déclaré qu’elle ne fera absolument rien sans consulter les acteurs politiques et qu’elle fera tout pour éviter les errements du passé.  Nous sommes désolés et nous déplorons que la CENI soit passée outre. Et que ce soit maintenant que toutes ces opérations aient été effectuées qu’elle nous invite pour faire des échanges alors qu’elle est à un niveau avancé dans le choix de l’opérateur technique. Nous avons déploré notamment que ce dialogue soit dans une impasse totale, entretenue par les autorités de ce pays.»

Et de conclure : « Nous allons répondre à l’invitation que la CENI nous a adressée demain. Nous allons lui dire directement quelle opinion nous avons de sa démarche. Nous n’avons jamais remis en cause l’indépendance de la CENI. Mais dans tous les pays du monde, la CENI collabore avec les partis politiques ».

Il faut souligner  qu’auparavant, Aboubacar Sylla a annoncé qu’une série de manifestations était prévue à partir du 15 décembre prochain si certains points de leurs revendications n’étaient pas pris en compte. Il a cité entre autres comme points de revendications : la signature du relevé de conclusion qui aurait dû sectionner le dialogue du mois de juillet dernier ;  l’adoption d’un calendrier consensuel des élections communales qui étaient prévues le premier trimestre 2014 ; la  reforme la CENI.

 El Hadj Mohamed Koula Diallo

 

Publicités