Le chef de la délégation de l’Union Européenne (UE) en Guinée Philippe Van Damme a annoncé lundi au cours d’une conférence de presse, la mise à disposition de 200 millions d’euros en faveurs de la Guinée dans le cadre du reliquat du 10e FED (Fonds européens de développement).

Ce montant constitue l’aide programmée sur le 10e FED qui vise à financer des secteurs tels que la gouvernance, les services sociaux de base et les transports.

Au niveau de la gouvernance,  l’appui facilitera la réforme de la justice et de la sécurité, de la modernisation de l’administration à travers le renforcement de la gestion des finances publiques et la décentralisation.

Pour le compte des services sociaux de base, il s’agit d’appuyer le secteur de santé et des activités connexes pour un montant de vingt millions d’euros, ainsi que l’accès à l’eau potable dans les milieux périurbains et ruraux.

Le soutien aux transports routiers et à la préparation d’un plan pour Conakry et les villes secondaires bénéficiera d’un financement de plus de 80 millions d’euros.

Dans la perspective du 11e FED  qui couvre la période 2014 à 2020, le chef de la délégation de l’UE a souligné que la Guinée, suite à l’organisation des élections législatives et au retour à la stabilité sociale, pourrait obtenir un financer de plusieurs centaines millions d’euros.

Selon lui, en 2013, l’aide de l’UE à la Guinée a été limitée à la mise en œuvre du reliquat des contrats signés dans le cadres du 9e FED (2000-2007), des projets d’urgence dans le cadre du 10e FED (2008-2013) et le financement d’action ad-hoc sur le budget européen, à travers les thématiques “sécurité alimentaire” et “acteurs non-étatiques”.

En somme dit-il, le montant total de l’aide fournie à la Guinée par la délégation de l’UE en 2013 est de 30 millions d’euros, avec un appui direct aux populations.

Quant au 11e FED, son intervention sera axée sur la restauration de l’autorité de l’Etat, la santé, l’urbanisation et l’assainissement, pour un meilleur cadre de vie.

En guise de conclusion, le chef de délégation a estimé que “la Guinée retrouve sa place dans le concert des nations et doit jouer un rôle historique et positif dans la sous-région africaine”.

Xinhua

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici