La Direction générale du Port Autonome de Conakry, a organisé une conférence de presse ce vendredi, 14 novembre 2014 dans ses locaux, dans la commune de Kaloum, pour rejeter toutes les accusassions portées à son encontre dans le cadre du marché entre le Port Autonome de Conakry et le groupe Bolloré.

Certaines centrales syndicales pensent que le Port Autonome de Conakry est un bien commun et non un bien particulier pour des membres du gouvernement.

Dans son discours introductif, le Directeur Général, Mamadouba Sankhon, nous dit ceci : « beaucoup d’informations circulent ça et là, c’est pourquoi nous avons jugé utile de vous inviter  enfin de venir à la source pour savoir exactement ce qui se passe et nous allons vous dire sans passion, sur le transfert des RO-RO (les RO-RO sont des navires qui font venir les véhicules) pour le terminal à Conteneur au Port » dit-il.

Il ajoute « il y n’aura aucun emploi perdu pour les travailleurs de ces trois sociétés qui sont implantées au port de Conakry et nous ferons tout pour améliorer leurs conditions de vie en matière de travail ».

Pour sa part, Sory Camara, l’Adjoint du Directeur Général, nous a fait savoir ceci « notre mission s’est de créer la meilleure condition pour les travailleurs du Port, les 90% de l’économie guinéene passent par le Port de Conakry, les 98% de la recette de la Douane sortent au niveau du port, la Douane ne réalise que 2% au niveau du Transit des frontières terrestres. Cette Douane réalise les 47ou 50% du budget de l’Etat ; alors le Port  joue un rôle très important dans le fonctionnement de l’Etat ».

Dans quels cas un port est compétitif ? «  Il faut que le navire qui rentre dans le port ne connaisse pas le temps d’attente, cette compétitivité s’étend également à la cadence de rotation  de la marchandise». « Nous avons fait face à beaucoup d’impératifs, au fonctionnement global du port de Conakry, le terminal à conteneur qu’on va inaugurer le 17 novembre prochain, le premier a été réalisé en 1992 financé par la Banque Mondiale, la Banque Africaine de Développement et la KFW. Depuis cette année le port n’a connu aucun investissement» a-t-il dit

« Nous avons jugé nécessaire d’appeler un partenaire privé pour régler beaucoup de nos problèmes au niveau du port de Conakry parce que beaucoup de nos conteneurs étaient détournés vers les autres ports de Afrique de l’Ouest »

Selon lui, ‘’nous avons demandé à Getma internationale de réhabiliter le port en 29 mois elle n’a pas pu poser une seule brique, nous avons demandé aux opérateurs guinéens, on leur a dit nous avons 145 hectares à Kagbélen venez investir ils n’ont rien fait’’.

C’est pourquoi nous avons renégocié la convention avec Bolloré, pour assurer l’extension du terminal à conteneur, nous leur avons dit d’aménager kagbélén ils ont accepté et ont leur a donné 30 hectares. « On a demandé à Bolloré, sur les 25 ans il doit faire un investissement de 500 million Euros au port de Conakry. En trois ans il faut que Bolloré fasse un investissement de 144.000.000 d’Euro pour faire extension du port conteneur, au lieu de 8 hectares nous allons faire 12 hectares pour avoir 20 hectares au port de Conakry. Nous avons demandé aussi à Bolloré de faire la réhabilitation du terminal».

Pour terminer,  il dira que, le programme d’urgence qui a été demandé à Bolloré, sur 30 hectares, à ce jour il y a 7 hectares déjà aménagés sur le port sec de Kabélen. Sur les 144.000.000 d’Euros, il a pu  investir les 85%. Alors comment voulez vous qu’on retire la gestion du port à Bolloré alors qu’il fait les affaires de la population ?

                                       Moussa Traoré