« Depuis l’installation du gouvernement sous la primature de M. Kassory Fofana, l’état d’esprit c’est de choisir l’ordre public entre guillemets à la loi. On ne peut pas donc savoir quel genre d’ordre public on voudra, qu’il soit complètement en dehors de la loi. Ce jour-là (mardi dernier, NDLR), nous avions prévu de marcher de la Tannerie à l’esplanade du stade du 28-Septembre », a déclaré Dr Faya Milimono, porte-parole de l’opposition.

Ce jeudi 25 octobre, l’opposition dite républicaine, sous la houlette de Cellou Dalein Diallo, s’est retrouvée à nouveau au QG de l’union des forces démocratiques de Guinée (UFDG), pour tirer les leçons de la dernière manifestation, qui a été étouffée au niveau de la Bellevue, et annoncer d’autres manifestations politiques pour la semaine prochaine.

« Nous avons déploré avant-hier 15 blessés par balles, nous avons déploré la mort d’un Guinéen par balle également et des dizaines darrestations. Et ces arrestations, comme vous le savez, elles ne sont pas faite dans la rue, généralement lorsqu’une manifestation est faite, c’est l’occasion pour les policiers de rentrer dans les familles ; parfois même on trouve les gens en train de dormir, on les réveille pour les arrêter, pour les conduire dans les commissariats, parce qu’on cherche un 500 mille GNF auprès des parents », a déclaré Faya Milimono, au nom de ses pairs de l’opposition dite républicaine.

Cependant, malgré ce triste bilan, il a ajouté : « Dans les jours qui vont suivre, comme annoncé au domicile du chef de file de l’opposition, le lundi nous allons avoir une ville morte à Conakry et à lintérieur du pays, et le mardi nous allons également organiser sur le même itinéraire, l’autoroute Fidel Castro, en partant de la Tannerie, jusquà l’esplanade du stade du 28-Septembre, une autre marche pacifique. Nous espérons que ce gouvernement ne va pas récidiver dans le sens de la confiscation des droits et libertés », a-t-il annoncé.

« Une chose que la presse devrait savoir, c’est que ces crises qui vont crescendo auraient pu être évitées si seulement si chacun avait prêté attention à ce que l’autre dit. Car, dans le cadre de l’installation des conseillers communaux, lorsque nous avons constaté la pagaille avec laquelle cela a commencé, l’opposition face à ses responsabilités, avait écrit, après avoir parlé avec le ministre de l’administration du territoire, une lettre lui avait été adressée depuis le 5 octobre, lettre qui na jamais été répondue. Le 15 octobre, l’opposition a adressé une lettre au Premier ministre Kassory Fofana, qui a attendu le 24 pour répondre de manière assez légère ; ce qui montre toute l’irresponsabilité qui caractérise aujourdhui la gouvernance dans notre pays () », a conclu le président du Bloc libéral.

Bhoye Barry pour guinee7.com
00224 628 701 599

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici