Il y a quatre ans, la Guinée vivait une situation particulièrement difficile avec une succession de manifestations violentes qui ont fait craindre le pire, tant certains faits étaient attentatoires à la dignité humaine et proprement inacceptables. Au cours de ces années, le pays a connu des manifestations violentes avec destructions de biens publics et privés, blessures et morts d’hommes. Tout était prétexte à manifestation dans la rue avec pour ligne de conduite de faire autant de destructions que possible.

Dans un tel contexte apocalyptique, plus que l’autorité de l’Etat chacun craignait pour sa propre sécurité, rien ne pouvant garantir celle-ci. En effet, non seulement on baignait dans une totale irrationalité mais en plus le pouvoir semblait comme dans la rue, avec en prime une violence gratuite et un ras-le-bol de l’immense majorité qui ne savait pas à quel saint se vouer.

Puis, il y eut Ebola et l’accalmie politique au point que certains semblent oublier d’où on vient comme si le pays se réveillait juste d’un simple cauchemar. Pour d’autres par contre, on revient de si loin qu’il serait quelque peu indécent de faire la fine bouche et de trop se formaliser devant les revendications de toutes sortes émaillées de violences qu’on continue d’enregistrer ici et là. Il faut dire qu’il ne se passe rarement un trimestre sans que quelque part en Guinée, une partie de la population se fasse entendre en dehors des cadres et formats admis par la République.

Si ce ne sont pas des populations qui s’élèvent contre des bavures d’agents de l’Etat, contre des préfets et gouverneurs, etc., ce sont des jeunes qui réclament des emplois, leurs maisons de jeunes, etc. On a ainsi l’impression que la chienlit joue les prolongations, que la situation est toujours volatile et que tout peut de nouveau nous tomber sur la tête. Un sentiment diffus de crainte que certains expriment sans prendre de gants comme pour exorciser définitivement ce passé. C’est vrai qu’on ne parle pas de corde dans la maison d’un pendu.

C’est ce sentiment qu’exprime officiellement l’opposition. C’est dire qu’il mérite une réelle attention et nombreux sont les Guinéens qui ont besoin d’entendre les décideurs pour se forger leur propre opinion, dans le sens de se rassurer davantage ou dans celui de mesurer la longueur du chemin qui reste à parcourir. Heureusement que le Gouvernement a dernièrement si bien communiqué que l’on a compris que derrière l’opinion si évidente ‘’d’absence d’autorité de l’Etat’’ se cache une foule de réalités qui se tiennent les unes les autres malgré des antinomies.

En effet, cette opinion exprime, quelque part, un sentiment de laisser-aller de la part de l’Etat, ce qui fait le lit de la prolifération des actes de vandalisme qui accompagnent les revendications des populations et la propension de celles-ci à se faire justice pour un oui ou un non. Cette impression s’appuie sur la récurrence des manifestations spontanées, l’absence des forces de l’ordre pour les endiguer et l’impunité dont semblent jouir les auteurs d’actes de vandalisme même lorsqu’ils sont interpellés. Elle se justifie aussi par le sentiment d’impunité dont se prévalent les manifestants ce qui exaspère l’immense majorité des populations qui se démarquent de leurs actes surtout lorsque ceux-ci portent atteinte à leurs patrimoines. Et le porte-parole du gouvernement, Albert Damantang Camara, d’expliquer que « contrairement à l’impression de vide de l’Etat, celui-ci intervient dès les premiers instants des conflits en privilégiant les négociations, la sensibilisation et le dialogue. Ces actions permettent non seulement de travailler à des solutions apaisées mais aussi et surtout d’éduquer et de placer les différents protagonistes devant leurs responsabilités. Au regard du contexte, cette méthode est beaucoup plus avantageuse d’autant plus que l’Etat se donne les moyens de réajuster son action en cas d’échec. Confondre cela à un manque d’autorité est allé un peu trop vite en besogne ».

Dans le sens contraire, on a l’impression d’une politique de deux poids deux mesures du fait de la célérité avec laquelle l’Etat sanctionne ses agents lorsque ceux-ci sont fautifs ou ont des comportements qui prêtent à confusion. Militaires et policiers poursuivis devant les tribunaux et souvent condamnés, nombreux responsables relevés de leurs fonctions à la suite de manifestations des populations ou de conflits privés… toutes choses qui amènent certains à craindre que les agents de l’Etat ne se découragent et ne rechignent à faire leur travail de peur d’erreurs qui pourraient les conduire à devoir s’expliquer. Mais l’attitude du gouvernement s’explique naturellement par sa double volonté d’affirmer l’autorité de l’Etat et de ne pas accorder de prime à l’impunité. « Les agents de tout bord politique peuvent difficilement invoquer un acharnement contre eux ou une chasse aux sorcières puisque tous ceux qui ont été sanctionnés l’ont été sur des faits clairement établis ou des appréciations politiques légitimes » argumente le ministre Damantang Camara.

On ne peut donc pas en déduire que l’Etat cède devant la «vox populi» et sacrifie ses agents pour le simple plaisir des populations. Au total, on peut affirmer que l’accusation de manque d’autorité de l’Etat repose beaucoup plus sur des impressions que sur des faits. Certes, il reste encore des efforts à faire mais tout indique qu’on est dans la bonne direction. Cela d’autant plus que les populations commencent à comprendre que la démocratie n’implique pas que des droits. Elle est aussi synonyme de devoirs, comme elles l’exigent en direction de ceux dont les actions nuisent à la paix sociale. C’est à ce prix que l’autorité de l’Etat que chacun appelle de ses vœux sera une réalité vivante pour tous.

Moussa Yéro Tall

 

Publicités

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici