Après deux semaines du démarrage des cours sur toute l’étendue du territoire national de la République de Guinée, les établissements d’enseignement pré-universitaire de Kindia ont ouvert leurs portes avec un manque criard d’enseignant, a constaté  le correspondant préfectoral de l’AGP.

Rencontré à cet effet, le principal du Collège de Friguiagbé, Daouda Camara explique les problèmes rencontrés dans son établissement : «Nous avons reçu des lettres directives qui nous orienté dans les préparatifs de la rentrée scolaire. Et la Direction Préfectorale de l’Education (DPE) nous a réunis pour nous donner des instructions par rapport à l’ouverture 2016-2017.A la date indiquée, élèves et professeurs ont répondu présents, malgré le manque d’enseignants. Une situation qui n’est pas propre seulement qu’au Collège Friguiagbé, c’est dans toutes les écoles. Nous manquons d’enseignant dans les matières d’Histoire et de Géographie.»

Pour résoudre ce problème, le principal du Collège de Friguiagbé a sa solution : «Nous sommes organisés à notre niveau pour que les cours se passent normalement malgré ce manque à gagner. Kindia a une chance que certains ne savent malheureusement pas l’exploiter. Sinon il y a le Centre Universitaire de Kindia, en principe le manque à gagner au niveau du personnel enseignant devrait être comblé à partir de centre. Parce que les étudiants viennent demander l’assistance, donc nous nous débrouillons avec ceux-ci.»

A noter, que Daouda Camara gère un effectif de 1.287 élèves, dont 500 filles repartis dans deux classes de 7ème, trois classes de 8ème et 9ème, avec une seule classe d’examen la 10ème année.

Du côté du Lycée Léopold Sédar Senghor, au delà du manque d’enseignant, il y a d’autres problèmes a confié Sékou Touré, Censeur dudit lycée.

«Ici, nous avons besoin de 6 enseignants, nous avons un problème d’eau et de courant. Voilà nos problèmes», a-t-il énuméré.

Source : AGP

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici