Membres du comité interministériel de suivi des projets miniers intégrés (CISPMI), neuf ministres dont celui en charge des Mines et de la Géologie, M. Abdoulaye Magassouba étaient réunis ce mercredi 4 avril sous la présidence du ministre d’Etat en charge des transports, M. Oyé Guilavogui, dans locaux du département des Mines et de la Géologie pour la première réunion dudit comité.

Créé pour réduire considérablement le temps de traitement et d’assurer le suivi des demandes de permis et autorisations pour les projets miniers intégrés, afin d’améliorer le climat des investissements dans le secteur minier en Guinée, le guichet unique qui est  l’organe opérationnel du CISPMI, a fait au cours de cette réunion, l’objet de présentation, tant dans son fonctionnement, que dans les activités menées par son secrétariat permanant (SP) de sa mise en place en  2016 jusqu’à nos jours.

Pour le contexte de cette rencontre, M. Magassouba a expliqué que : « Cette première session avait pour objectif de faire le point pour l’opérationnalisation de tout le dispositif de facilitation de la mise en œuvre des projets miniers intégrés. Comme vous le savez, le président de la République dans le cadre des réformes engagées dans le secteur minier a décidé au début de l’année 2015 de mettre en place un comité interministériel pour que tous les ministères impliqués dans la réalisation de ces projets qui impliquent non seulement le côté minier et la création d’infrastructures lourdes ; pour que tous ces ministères puissent agir ensemble de façon efficace pour accélérer la mise en œuvre de ce projet. »

Poursuivant, il indique : « entre la prise de ce décret à aujourd’hui, il y a déjà eu la mise place du secrétariat permanent qui fait office de guichet minier, qui a traité le permis de certaines sociétés, cela a permis d’avoir des résultats en termes de raccourcissement de délivrance de ces permis, mais il y a eu la revue du rapport diagnostic du système de délivrance des permis et autorisations avec l’appui du groupe de la Banque mondiale. Il y a eu le recrutement d’une firme internationale qui a fait une cartographie de tous les permis et autorisations et fait des recommandations pertinentes, donc ce rapport est aujourd’hui sur la table du comité interministériel, nous ministres, nous allons nous concerter pour pouvoir nous accorder sur le contenu des recommandations à prendre en charge pour que ces recommandations soient portées au niveau du conseil des ministres et que les reformes destinées à toiletter tout le système de délivrance des permis et autorisations puissent être engagées dans les meilleurs délais. »

Coordinatrice du secrétariat permanant du guichet unique, Hadja Rahanatou Diallo, a dans son exposé, déclarée  en guise de résultats que  « de 2016 à nos jours,  60 permis ont été délivrés sur 72 demandés » tout en faisant par ailleurs des  recommandations, parmi lesquelles figuraient, « la mise en place d’un comité restreint en vue de faire avancer les projets en cours de réalisation ».

Programme manager pour le groupe de la banque mondiale, Mme Diallo Mariam Ciré Sylla, après avoir porté à la connaissance des uns et des autres du rapport portant sur le diagnostic a expliqué l’importance de cette initiative : «  la mise en place de ce guichet unique est la transcription  de la volonté du gouvernement guinéen d’améliorer le climat des affaires en général et dans le secteur des mines en particulier afin d’accélérer la mise en œuvre des projets miniers intégrés mais aussi d’attirer de nouveaux investisseurs dans le secteur, donc la banque accompagne la Guinée dans la mise en œuvre de cette réforme capitale.»

Par ailleurs, « c’est une réforme qui permet aux grands projets miniers d’aller dans un endroit qu’on appelle guichet unique, au lieu d’aller dans 5 administrations différentes pour faire des permis autorisations, ils ont juste un point contact auquel ils s’adressent pour déposer des permis et demandes, ce point contact facilite et interagi avec les différents ministères pour avoir de manière accélérée ces permis et autorisations capitaux », explique-t-elle.

Elle a aussi signalé la mise en place d’un portail d’information qui permettrait aux investisseurs d’aller en ligne et avoir des informations sur les permis et autorisations dont ils ont besoin.

Abdou Lory Sylla pour Guinee7.com

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici