Le président du Faso, Blaise Compaoré a reçu en audience, lundi à Ouagadougou, le ministre d’Etat des Emirats arabes unis, Abdullah Bin Mohammed Ghobash.

A sa sortie d’audience, le ministre d’Etat des Emirats arabes unis a expliqué que le Burkina Faso joue un rôle important au niveau régional. C’est pourquoi, il est venu échanger avec le président Compaoré autour de questions qui pourraient renforcer la coopération entre les deux pays.

« Nous portons le Burkina Faso dans notre coeur parce que c’est un pays qui est très important pour nous en Afrique », a indiqué M. Ghobash, ajoutant que la coopération pourrait concerner les secteurs de l’économie, du transport et des investissements.

Pour le ministre d’Etat émirati, le président Compaoré leur a prêté une oreille attentive et très bientôt, son pays compte envoyer au Burkina une équipe pour mieux explorer les opportunités d’investissements qui se présentent.

Du fait de sa situation géographique parce que situé au coeur du continent, le ministre d’Etat Ghobash a laissé entendre que son pays peut utiliser le pays des Hommes intègres comme Hub, c’est-à- dire un centre pour la promotion du transport aérien.

Soulignant que les Emirats arabes unis disposent de deux compagnies de transports aériens dénommées « Emirates » et « Etihad », M. Ghobash a fait remarquer que ces deux compagnies sont en train de travailler d’arrache-pied pour faciliter la coopération aérienne qui existe avec le continent africain.

Selon les dires du ministre d’Etat des Emirats arabes unis, à partir de la semaine prochaine, la liaison avec Conakry (Guinée) sera ouverte et celle avec Ouagadougou est attendue pour très bientôt.

Soulignant que le président Compaoré lui a présenté les différentes opportunités qu’offre son pays dans un cadre légal pour sécuriser les investissements, M. Ghobash a dit être à sa première visite au Burkina et qu’il est prématuré d’énumérer les domaines qui feront l’objet de la coopération entre les deux pays.

Citant les opportunités qu’offre le Conseil présidentiel des investissements (CPI) au Burkina, un autre cadre pour promouvoir les investissements, le ministre d’Etat émirati est convaincu que ces dispositions pourraient être intéressantes pour les investisseurs potentiels émiratis.

Xinhua

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici