Militante des premières heures du RPG, Madame Sanoh Doussou Condé s’est récemment insurgée contre l’éditorial signé par François Soudan dans le magazine panafricain, ‘’Jeune Afrique’’. Dans un entretien accordé récemment à la radio Lynx fm, elle qualifie le rédacteur de ce journal « d’opportuniste ». Dans son combat pour une Guinée démocratique, cette dame qui vit aux Etats-Unis a déploré les violences post-électorales, la gabegie financière, le détournement des deniers publics par des hauts commis de l’Etat, etc.

Vous avez suivi les élections locales qui se sont soldées par une forte abstention. Pour vous, qu’est ce qui explique cet état de fait ?

D’abord, je m’incline devant les victimes d’injustice de cette élection. Les enfants qui sont morts sans le savoir. Toutes mes condoléances aux mamans, à leurs familles et à la République de Guinée. C’est déplorable ! Moi, je pense qu’avec ce parti état (RPG, ndlr), il fallait s’attendre à cela. C’est ma vision de l’extérieur. Je serai responsable de mes propos. Je vous demanderai à ce que cette interview soit prise au sérieux. Je crois pour une fois, que l’opposition a gagné ces élections. Ce qui se passe aujourd’hui, le seul comptable, c’est le gouvernement et le président Alpha Condé.

Et la CENI qui organise les élections ?

Vous savez, je viens de vous parler de parti d’Etat. Vous parlez de la CENI, on dirait que vous avez oublié qu’elle est subordonnée au gouvernement. Une petite élection comme celle-là qui traine depuis des semaines, les résultats tombent à compte goûte. C’est du jamais vu. Ils font ce qui leur semble bon. C’est aussi simple que ça. Regardez pour une simple campagne, tous les bureaux ont été fermés, tous les petits directeurs, tous les Dafs, chacun a fermé son bureau pour divaguer dans sa préfecture y compris les ministres. Et malheureusement, ils ont trompé le président. Tous, de Kaloum à Yomou en passant par Siguiri. N’oubliez pas que ce sont 30 millions de dollars qui ont été investis pour cette élection.

Je suis déçue. Quand j’ai écouté les institutions républicaines, les imams, chacun est en train de prôner la paix sans dire la cause de la paix. La paix est dans la main du président. Comment ? Personnellement, nous avions demandé à certaines organisations de femmes de participer à la sensibilisation. Mais en réalité, c’est le gouvernement et son président qui doivent prôner la paix en divulguant les vrais résultats, respecter la voix des urnes. Ce n’est pas compliqué. Il faut qu’on se dise la vérité. La Guinée nous appartient tous.

Ils n’ont qu’à aller voir le président lui dire de lever la main mise sur la CENI, les délégués, les magistrats qui se sont impliqués dans cette élection. Pour donner le vrai résultat des élections parce que nous, nous avons les résultats dans nos mains. On connait tout.

Malgré que vous soyez aux Etats-Unis, vous connaissez les résultats ?

Oui ! Nous sommes au 21 Siècle. Nous avons tous les résultats à travers l’internet, même un citoyen lambda qui se trouverait de l’autre côté du monde les résultats, les vrais, sortis des urnes. Le monde est déçu du professeur Alpha Condé. Il était l’espoir de la démocratie, l’espoir de la bonne gouvernance, l’espoir du bas peuple. Vous êtes là-bas, vous savez ce qui se passe, disons la vérité. Le problème de la Guinée, c’est le manque de vérité. Personne ne dit la vérité. L’hypocrisie domine les esprits. Je me pose la question ? Qui a peur de qui ? De M. Alpha Condé ? Ils n’ont qu’à donner le vrai résultat, c’est de ça que le peuple de Guinée a besoin.

Regardez les têtes de listes, chacun a présenté ses candidats. Mais, au PRG arc  en ciel, c’était la carte du parti. Ils pensent que les gens sont bêtes. Ce n’est pas pour rien que les gens se sont abstenus. Est-ce qu’on peut voter pour quelqu’un qu’on ne connait pas ? Ceux qui se sont battus pour que M. Alpha Condé soit président, comment il les a récompensés ? Ils sont tous abandonnés. Vous pensez que les gens sont prêts à se battre pour lui, pour qu’après, il nomme les gens qu’il veut, peut-être qui n’ont rien foutu dans ce combat-là. Les gens sont fatigués, c’est la réponse du berger à la bergère. De grâce, M. Condé n’a qu’à préserver la paix sociale, proclamer les résultats avec la ‘’barka’’ de la CENI qu’il gère proprement. Il a tout le pouvoir dans ses mains, ils n’ont qu’à divulguer le vrai résultat, pour qu’il y ait la paix.

Vous savez que ce processus a été émaillé d’incidents, des violences post-électorales à Kalinko notamment et puis à Dogomet, etc. A votre avis, qu’est-ce qui explique ces violences souvent après ces élections en Guinée ?

C’est la merde ! Un manque de sincérité. Ils envoient des gens à se comporter comme ça, et ce n’est pas une belle image pour notre pays, ce n’est pas beau. On n’a pas besoin de s’entretuer pour des futilités comme ça. Je pense que ceux qui l’ont fait, ils doivent être jugés, ce n’est pas une première. Si ça se perpétue, c’est que quelque part, il y a l’impunité. Regardez cette pauvre femme qui a perdu 4 enfants subitement, pourquoi ? A cause de qui ? A cause des vieux de 82 ans, de 60 à 70 ans ? Nos leaders actuels. Pourquoi ce jeune étudiant à la carrière a perdu la vie à cause de quoi ? Pourquoi tous ces morts sous la barbe de l’Etat. Moi, je condamne le manque de respect des lois. Il y a quelqu’un qui est responsable de tout ça. Mais il répondra devant le Bon Dieu un jour.

Il y a une frustration généralisée de la part du gouvernement. Cette façon de distribuer, l’argent du contribuable dans une vulgarité du jamais vu, les gens sont frustrés parce que pour eux, la conscience était achetée. Malgré ça, l’argent n’est pas tombé dans les mains de ceux qui devraient recevoir. Ils sont allés escroquer le président, chacun de son côté de Kaloum à Lola.  Vous voyez beaucoup de ces distributeurs-là ont menti au parti Etat. Ils ont perdu même dans leurs sous-préfectures. Yéro Baldé, par exemple, le RPG est battu dans son village. Bantama Sow même chose à Mamou. Le RPG est battu partout. C’est comme ça. Parce que les Guinéens en ont marre. Ils sont fatigués de cette corruption généralisée dans l’impunité, de cette arrogance des gens qu’on prend par-ci par-là, les petits directeurs, les petits Daf, chacun s’est impliqué avec l’argent du contribuable guinéen.

Moi, je pense que c’est regrettable qu’il y’ait ces morts-là. Ça me choque parce que ça présente mon pays comme un pays sauvage au vu de l’occident, et de nos voisins. Mais ça été organisé par le parti Etat. Je vous demanderai chaque fois que je viendrai aux médias surtout au Lynx Fm qui est mon choix, je suis activiste guinéenne, je ne viens pas pour défendre un parti, mais plutôt je défends mon pays et le peuple de Guinée en Amérique du Nord. Je dis ça pour mes détracteurs.  Tout ce que nous vivons aujourd’hui en Guinée, c’est l’effet négatif dans lequel les élections-là ont été gérées. Mais je vais vous dire mes chers frères tant que M. Alpha Condé est à la présidence et se rend dans les meetings du RPG, il tient les propos d’un leader politique, cette pagaille continuera et persistera.

Je prie aux imams et toutes élites de la République de dire aux présidents que la paix cette fois-ci est dans ces mains. La CENI n’est responsable de rien. On lui dicte, et elle s’exécute. Essayez de voir un peu, ces ministres-là qui n’ont rien fait dans le combat politique qui se retrouvent au sommet de l’Etat au détriment des combattants qui, eux prouvent cette fois-ci, qu’ils s’en fichent du président Alpha Condé. Ils sont allés prendre de l’argent pour faire la compagne, mais malheureusement, ils sont rejetés par leurs communautés. Les gens n’ont pas voté pour eux.

Avec ces grèves qui se succèdent, quel est votre message de paix et de quiétude que vous adressez aux Guinéens pour éviter que la case commune ne brule ?

Mais je viens de vous dire que la paix, c’est dans la main du président. Les enseignants, c’est la couche la plus importante dans un pays. Qu’est-ce que le président attend, ils n’ont qu’à négocier parce qu’ils finiront par négocier. Quand j’entends le porte-parole Damantang minimiser quelqu’un qui paralyse le pays, soyons sérieux. Le gouvernement a organisé un conflit au niveau des syndicalistes.

Ce M. Louis M’bemba Soumah qui est au soir de sa vie accompagné d’un certain Sy Savané normalement  qui doivent être à la retraite, sont  manipulés au vu et au su de tout le monde contre M. Aboubacar Soumah et son groupe. Mais, qui est derrière tout ça ? C’est l’Etat, le président Alpha Condé, l’arrogance de ceux qui font la communication, enveniment la situation, c’est très simple.

Et je dirai à M. Albert Damantang de mettre de l’eau dans son vin. Il n’a rien fait pour être là où il est aujourd’hui. Il sait le privilège qu’il a, il sait tout ce qu’il a fait comme mic mac en sa faveur. Si des pauvres enseignants demandent une petite somme comme ça à l’Etat, qui a tous les moyens et qu’il refuse, je leur dirai de mettre de l’eau dans leur vin.

On va revenir un peu sur ces résultats des élections. Justement, l’UFDG et le RPG  se partagent les communes, les quartiers et les districts. Certains parlent de bipolarisations de l’échiquier politique. Qu’en dites-vous ?

Vous savez la vérité, elle est dure, elle persiste souvent. Un petit rappel. Quand le président Conté a demandé au départ en 90 pendant l’avènement de la démocratie que la Guinée n’a qu’à avoir deux partis politiques pour le moment, ce qui était normal. M. Alpha Condé était à Paris à l’époque, il est passé sur RFI, pour dire qu’il y aura multipartisme intégral même s’il y a mille partis. Il refusait deux partis politiques C’est-à-dire Gouvernement et opposition. Vous savez  par la suite, on a vu des partis politiques qui n’ont même pas deux militants, et aujourd’hui l’histoire les rattrape. Il y a des partis politiques qui n’ont même pas de siège.

Voilà maintenant l’avènement de M. Condé au pouvoir. Quand vous voyez que tout tourne au tour du RPG et de l’UFDG, mais où sont les autres partis politiques ? Où est le PEDEN ? Où est l’UFR ? Où est le PADES ?  Tous ces gens qui tournent là. Ils sont où? Moi, ce que je demande qu’on nous donne les vrais résultats qui sont sortis des urnes. Parce que les vrais résultats qui sont sortis des urnes et ce qu’ils sont en train de manigancer aujourd’hui sont diamétralement opposés.

 La Guinée a renoué au délestage avec l’étiage alors que Kaléta avait chassé ces coupures qui sont revenues au galop. Quelle est, selon vous, la cause profonde de ces coupures.

Ce délestage-là vous a surpris ? Kalété était un effet de campagne. Ce n’était pas prêt. Je me rappelle bien que M. Lansana Kouyaté avait dénoncé et beaucoup de leaders politiques mais personne ne les a écoutés ce jour-là. Ce n’est pas en cinq mois ou six mois qu’on met un barrage fonctionnel. Je crois que les gens sont de mauvaises foi.  (…)

Je vous demande, vous, d’aller après l’émission à Kaporo rail. Vous allez voir un étage, un building de 10 étages sorti du trou. Pour un ambassadeur Guinéen en Chine. Du président de l’Indépendance jusqu’à nos jours, même le président Conté n’a pas eu ces moyens. Le président Alpha Condé, il a 8 ans de pouvoir aujourd’hui, il n’a pas pu mettre quelque chose comme ça.

Qui est cet ambassadeur Madame ?

Un Mohamed Keita. Allez y voir le building à Kaporo Rail, dans un quartier des pauvres. Et le président Condé ne dira pas qu’il n’est pas au courant. Une maison de 10 étages sortie de trou avec la ‘’barka’’ de Docteur Diané qui est son protégé. Et ce M. là qu’est-ce qu’il a fait pour le RPG ? Je ne l’ai jamais rencontré dans une marche en Guinée. Je ne l’ai jamais connu militant. Ce que je vais vous dire, le président a en face de lui ces administrateurs qui sont contre lui. Ils sont en train de frustrer les gens. Construire un étage comme ça dans un quartier pauvre, et le gouvernement dit qu’il n’y a pas moyens de faire ceci, il n’y a pas moyens de faire cela, c’est du laisser-aller. Je n’ai jamais vu un gouvernement médiocre dans l’histoire de la République de Guinée comme maintenant là.

Combien de personne sont mortes pour que M. Condé soit président ? Combien des gens ont perdu leur boulots Combien des gens ont perdu leur famille? Combien des gens ont été torturés jusqu’à maintenant pour qu’il soit là où il est aujourd’hui ? Et ceux qui nous torturaient hier, ceux qui nous chicotaient hier sont où ?  M. Condé a préféré ceux-ci en nous abandonnant, en nous disant que ‘’ceux-là que vous insultiez hier sont mieux que vous’’. Vous pensez que Dieu dort, il est en train de payer ces péchés-là. Ils n’iront nulle part. Je vous donne un exemple qui est vérifiable et le président de la Guinée le sait, mais ça ne lui dit rien.

Ils ont fini de payer tous les terrains des corniches. M. Diané négocie pendant la journée, il se déguise la nuit pour aller payer le terrain de l’Etat. Ces gens-là, on dirait qu’ils ne meurent pas. Ce sont eux qui sont en train d’humilier le président de la République. Ce sont eux qui sont en train de le vilipender. Mais que le président fait semblant de ne pas connaitre ce qu’on lui fait, tant mieux.

Qu’en pensez des élections présidentielles de 2020 ?

Je vais vous dire mille fois que je ne crois pas en une élection en 2020. Je crois que le président de la République a appris la leçon. Le peuple de Guinée lui a dit qu’il est fatigué. Il en a marre. C’est ce qui explique toutes ces abstentions pendant ces élections communales. C’est qui explique la percée des candidats indépendantistes parce que quelque part, les gens sont fatigués des politiciens, surtout ceux du RPG arc en ciel. M. Condé a donné l’occasion à l’opposition de gagner ces élections communales. Parce qu’il a piétiné les résultats du PEDEN, piétiné les résultats de Dr Ousmane Kaba, piétiné les résultats de Mamady Diawara et tous ceux qui s’en suit. Il se retrouve (RPG) maintenant en face l’UFR et l’UFDG.

C’est bon de voler des élections mais à un certain niveau tu te retrouveras en face de toi-même. Le parti Etat est opposé à lui-même aujourd’hui. Essayons de sortir de cette crise-là. (…)

L’autoroute est à l’UFDG. Qu’on lui remette le résultat réel parce que ce que nous apprenons le RPG a perdu les cinq communes de Conakry. C’est la honte nationale. Et les législative, j’invite les jeunes à s’introduire pour venir mettre la technologie au niveau de l’assemblée. Dites-vous, vous les jeunes, qu’est-ce que je dois faire pour mon pays, ainsi vous réussirez. Le pays a besoin de vous. Je pense que les législatives seront plus coriaces que ça. Ils seront encore terrassés. L’opposition prendra l’assemblée.

Je voudrais vous entendre sur la déclaration de François Soudan de Jeune Afrique et sur la commune de Ratoma qu’il qualifie d’un Etat dans un Etat. Quels conseils donnerez-vous aux individus qui se rendent coupables de fraude électorale. Que vous inspire l’arrivée à la tête de la Commune de Kaloum d’Aminata Touré fille de feu président Ahmed Sékou Touré ? 

D’abord sur l’article de François Soudan.  Je voudrais que les Guinéens sachent que c’est la République de Guinée qui a financé Jeune Afrique. Pour la petite histoire, M. Béchir Ben Ahmed était l’un des plus jeunes ministres de l’époque du président Bourguiba en Tunisie. Lorsqu’il a démissionné du gouvernement, il est allé se réfugier en France. Après il s’est déplacé pour aller aux Nations Unis. Il a tendu le micro au feu Ahmed Sékou Touré dans les couloirs. Il vit, il peut venir démentir. Il dit,  je cite ‘’ M. le président de la République de Guinée, avec l’indépendance de l’Afrique, nous avons besoin d’un journal pour défendre les idéaux des jeunes Républiques. Qu’est-ce que vous en pensez ?’’ Le président lui a répondu: « j’adhère à votre idée, je propose le nom et je m’impliquerai financièrement et j’inviterai mes pairs à s’impliquer.» C’est ainsi que le feu président Ahmed Sékou Touré a donné le nom du journal ‘’ Afrique jeunes’’. Donc il a financé et il a invité tous ces pairs à financer. Nous connaissons la suite.

L’arrivé d’un jeune talentueux qui est M. feu Siradiou Diallo. Un frère, un ami. C’est par la suite qu’on n’a changé le nom. Cette fois-ci ‘’ Jeune Afrique’’. Pas longtemps, le président Houphouët Boigny et M. Senghor se sont saisis du ‘’Jeune Afrique’’ pour insulter la jeune révolution guinéenne, tout le long du combat du PDG. Mais le problème n’est pas à ce niveau. Moi, j’ai vu beaucoup d’encre coulée concernant François Soudan. Jeune Afrique est devenue un torchon, des petits à la dimension de François Soudan qui sont payés à la tâche. Ne pensez pas qu’il a fait gratuitement. La page a été payée avec la ‘’ BARAKA’’ du pouvoir en Guinée. Toutes ces comédies que vous voyez dans ce petit journal là, ‘’Jeune Afrique’’ qui se cherche, qui est devenu l’ombre de lui-même, qui veut allumer le feu en Guinée.  Si nous avons des problèmes dans notre pays, ils ne sont pas concernés. Ils n’ont qu’à nous laisser gérer notre pays. Nous avons 60 ans d’indépendance. Malheureusement, vous, si vous donnez de l’argent tout de suite à ‘’Jeune Afrique’’ ils vont faire une page pour vous. Ce sont des vendeurs. Ce ne sont pas des vrais journalistes. Ces gens-là n’ont aucune morale. C’est qu’on appelle faillir à l’éthique et à la déontologie journalistique. Vous avez vu le mois passé, j’ai vu tout un éditorial sur la santé du président dans ‘’Jeune Afrique’’  qu’il est le président le plus cher de la sous-région. Bon sang de Dieu ! Calmez-vous François Soudan est l’ombre de lui-même, ne lui donnez pas trop d’importance. Notre pays est plus important que lui. Tous ce qu’il a raconté, il a été payé pour le faire. Je le dis et je suis responsable de ce que je dis. Retenez que M. Béchir Ben Ahmed, François Soudan, M. Siradiou Diallo sont des amis de M. Alpha Condé, actuel président de la république de Guinée.

Ces petits journalistes, arrêtez de les répondre, donnons-nous la main, c’est notre unité qui va les vaincre. Dépassons-nous tout ce que nous croyons être, considérons notre pays, ils n’auront plus quoi manger. C’est quand ça ne va pas qu’eux, ils mangent, parce que les présidents les payent pour chanter notre éloge. Jeune Afrique, c’est un torchon du colonialisme.

Une synthèse d’Alpha Amadou Diallo (L’Indépendant)

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici