‘‘Chaque jour, la mouvance, incarnée par le RPG Arc-en-ciel et ses acolytes, démontre le peu d’intérêt qu’elle a pour les Guinéens. Ses hommes versent au quotidien leur venin de diversion, de division, de stigmatisation. Mieux, ils foulent au pied la cohésion sociale, les principes de la démocratie, les valeurs de la République et la paix dans notre pays.

En pleine épidémie d’Ebola, avec un gouvernement aux abois et au moment où les Guinéens découvrent, incrédules, l’ampleur des détournements de nos maigres ressources au profit d’un Président mal aimé de son peuple et incapable de répondre à ses aspirations, les responsables du RPG arc-en-ciel se donnent en spectacle. Avec leur aboyeur : le fameux “Pr” Lansana KOMARA. Ce personnage est resté égal à lui-même : pédant, vulgaire et foncièrement ethnocentriste.

Qu’un “professeur” soit critique, c’est tout à fait normal. Mais que son vocabulaire soit si pauvre  est impardonnable. Au-delà du pédantisme dont il fait preuve sans modération, c’est surtout la vacuité de ses  propos qui étonne.  Les injures dont il fait usage sans vergogne (excusez- moi de lui emprunter du vocabulaire) lui servent d’arguments ; ce qui ne permet pas de comprendre  les motifs de son courroux. Décidément M. Lansana KOMARA est un “Professeur” qui en dehors de son impolitesse (encore des excuses) ne sait même pas construire un texte compréhensible. Je plains ces étudiants qui doivent l’écouter en longueur d’année et surtout ceux qui risquent de le prendre en exemple.

De quoi est-il question? Le Président de l’UFDG a été clair dans son discours tenu à Chicago et dans les autres villes aux USA. Il dit bien qu’ « au sein de l’UFDG nous sommes déterminés à mener la guerre, le combat ou la lutte -peu importe le terme- mais nous n’accepterons pas la fraude… » Il s’agit ainsi de combattre ce qui est condamné par nos propres lois Monsieur le professeur KOMARA. Qu’a-t- il dit de mal dans ce discours ? Y a-t-il de l’ethnocentrisme dans ce discours ? Pourquoi appeler vos compatriotes des renégats alors qu’ils militent dans un parti légalement constitué ? Nous n’allons pas vous suivre dans ces digressions et ce débat de caniveau. Mais sachez que si votre dessein est d’organiser une fraude à l’occasion des élections présidentielles, notre pays ne connaîtra ni paix ni stabilité, avant qu’on ne vous contraigne au respect des règles démocratiques élémentaires. Vous trompez le peuple et nous vous dénonçons car, nous savons qu’un dictateur n’a pas de concurrent à sa taille tant que le peuple ne relève pas le défi et c’est pourquoi le Président de l’UFDG appelle son peuple à se dresser contre la fraude.

En vérité, depuis 2010 avec l’installation par effraction du RPG Arc-en-ciel et ses alliés au pouvoir, l’arrogance, l’ethnocentrisme, le détournement des deniers publics, la corruption et la concussion sont érigés en règle de gouvernance. On se souvient des crimes humains (les tueries de Zoghota, de Saoro, les violences de Siguiri, Kouroussa, à Nzérékoré, les meurtres des militants lors des marches pacifiques, etc.), des scandales financiers (détournement du FER, affaires Paladinos, Rio Tinto, Angola, Transferts frauduleux de devises…), du tripatouillage excessif de la liste électorale avec les résultats tronqués des élections législatives… Autant de dérives qui ont rendu notre pays déliquescent.  Ce régime, en 4 ans, a réussi à saper les valeurs de notre République et son unité.

Le référentiel (comme dirait un ingénieur) du RPG arc-en-ciel est obsolète et de loin dépassé.  Ce régime est, en effet,  à court d’arguments, sans aucune vision pour notre pays abandonné à un pilotage automatique avec un Président sauterelle qui a du mal à vivre en Guinée.  Les fonctionnaires et militants responsables de l’arc-en-ciel sont ainsi contraints d’imaginer et de s’impliquer dans une politique  de stigmatisation ethnique, de diversion et de banalisation de nos institutions, à travers des offenses portées à l’encontre des plus hautes personnalités politiques de l’opposition et de leur ethnie, plus particulièrement du leader de l’UFDG et de sa communauté.

En  stigmatisant la communauté du Président de l’UFDG,  le RPG arc-en-ciel  et ses alliés jouent un jeu dangereux pour la cohésion sociale de notre pays. C’est en effet scandaleux et regrettable que la moindre intervention d’un cadre de l’UFDG soit le prétexte choisi par le RPG pour faire du tintamarre et engager une bataille médiatique excessive et agressive contre l’ethnie peule. A travers ses agissements, le RPG étale au grand jour son hostilité aux valeurs d’unité et de paix sociale de notre pays.  Un sociologue (Dr Bano Barry) bien avisé a bien essayé de clore ce débat ethnique stérile et puéril mais hélas, ce parti et son Président  n’ont rien d’autre à proposer aux Guinéens.

Du « Procès de la honte ! » de l’affaire du 19 juillet en passant par l’absence de justice pour tous les autres crimes que notre pays a connu depuis 4 ans, des scandales des détournements de fonds en passant par une gestion catastrophique de l’épidémie d’Ebola et du drame des plages de Lambanyi et Rogbane, le RPG arc-en-ciel a été incapable de promouvoir le progrès social et économique dans notre pays, l’indépendance de la justice,  la transparence dans la gestion des affaires publiques.

Quelle fausseté et quelle diversion lorsque le RPG accuse le leader de l’opposition Cellou Dalein Diallo (Cauris d’or de la paix) de vouloir la guerre dans notre pays, alors que tous les actes que ce régime pose montrent clairement qu’il prépare le pays à des conflits meurtriers !

J’ai envie de dire à la suite  du grand iman de la mosquée Fayçal : Pitié ! Que Dieu leur pardonne leurs péchés ! La seule chose qui vaille est une alternance dans la transparence et la quiétude. Si vous aimez notre pays comme vous le prétendez, alors aidons à l’organisation d’une élection transparente et inclusive dans laquelle tous les  citoyens auront foi  et il n’y aura ni guerre ni violence.

Au lieu d’utiliser la diversion pour cacher votre incompétence et la médiocrité de votre gouvernance en termes de résultats,  mettons-nous au travail pour permettre à notre  pays d’avoir des élections transparentes, crédibles, organisées au nom du peuple et pour le peuple.

Rappelez-vous de ces mots du président Obama prononcés dans son Discours devant le Parlement Ghanéen : « Aucun pays ne peut créer de richesse si ses dirigeants exploitent l’économie pour s’enrichir personnellement, ou si des policiers peuvent être achetés par des trafiquants de drogue ».

Vive la transparence dans une Guinée, démocratique unie et prospère !’’

Hon. Ousmane Gaoual Diallo.

Membre du Bureau Exécutif de l’UFDG.

Membre du Comité d’Orientation Stratégique de la Communication.

Publicités

Laisser un commentaire