Longtemps attendue, la loi sur la parité entre les hommes et les femmes dans les instances de décision a été adoptée à l’unanimité des députés présents à l’Assemblée nationale, ce jeudi 2 mai. C’était à l’occasion de la plénière du jour.

La présente loi, après amendement, comprend huit articles :  L’article premier pose la règle de la parité ; l’article 2 détermine le champ d’application de la loi; les articles 3, 4 et 5 définissent les mécanismes de mise en œuvre de la parité ; l’article 6 prévoit les sanctions applicables en cas d’inobservation des règles sur la parité, ainsi que les voies de recours disponibles à cet effet ; l’article 7 encourage les partis politiques, coalitions de partis politiques et candidatures indépendantes à mettre en œuvre, à leur niveau la règle de la parité ; l’article 8, enfin, concerne les dispositions finales.

Selon le vice-président de la commission loi au parlement, l’honorable Amadou Diallo qui a lu le rapport, l’article dit que : « la parité s’applique à toute liste de candidature aux élections nationales et locales, ainsi que pour l’exercice de fonctions électives dans les institutions publiques. »

Pour le collectif des députés portant la proposition de loi sur la parité, la parité homme/femme est une condition essentielle du développement durable. Il ( le collectif, ndlr) soutient qu’il est temps de rompre avec le silence, à propos des discriminations basées sur le genre et de favoriser l’égal accès de tous aux mandats électoraux et aux fonctions électives dans les institutions publiques.

Il reste à savoir si cette loi sera appliquée dans toute sa rigueur. Surtout au sein des partis politiques et des plus hautes fonctions.

 

Bhoye Barry pour guinee7.com

000224 628 705 199

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici